Histoire de l’histoire de l’art (Paris)

Séminaire de recherche organisé par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS), Dominique Poulot (Université Paris I / IUF), Astrid Swenson (Brunel University, London), Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

Séance du 22 juin 2012 Paris (15h-17h30, Salle Mariette, Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, F-75002, Paris).

• Élisabeth Décultot (Directrice de recherche au Centre Marc-Bloch, Berlin / CRIA-EHESS).

Une histoire de l’art par les images ? Les musées de papier aux XVIIe et XVIIIe siècles

Les musées de papier doivent leur nom au savant, collectionneur et mécène Cassiano dal Pozzo (1588-1657), qui constitua à Rome avec son frère Carlo Antonio l’une des plus riches collections de dessins du xviie siècle. Cette collection de plusieurs milliers de feuillets reçut le nom de Museo cartaceo. Elle avait pour but de rendre visible, sous forme de recueil d’images, le savoir universel des hommes sur la nature et sur l’histoire. Si la botanique, la zoologie et la géologie occupent une place importante dans cet ensemble, c’est surtout à ses reproductions d’œuvres antiques que le musée de papier de dal Pozzo dut sa célébrité. Par cette collection de reproductions, Cassiano peut être considéré comme la figure tutélaire d’un modèle de collection déterminant pour les XVIIe et XVIIIe siècles : les corpus d’images d’objets que seul l’espace quasi dématérialisé des livres ou des collections de dessins et de gravures donnait comme rassemblés. Le musée de papier de Cassiano dal Pozzo présente en effet cette caractéristique qu’il rassemble dans une collection de dessins une somme d’objets qui n’ont jamais été physiquement réunis en totalité dans un espace réel donné.

Dans l’ensemble très vaste des questions que suscitent ces musées de papier, une interrogation retiendra plus particulièrement notre attention. Dans quelle mesure les images de l’art antique contenues dans ces recueils ont-elles contribué à la naissance d’une forme particulière d’histoire de l’art, à savoir une histoire de l’art par les images, qui aurait précédé de plusieurs décennies l’histoire de l’art par le récit qui éclot à la fin du xviiie siècle, à la suite notamment des travaux de Winckelmann sur l’histoire de l’art antique[1] ? Quel lien existe-t-il entre ces deux formes d’histoire ? Entretiennent-elles un rapport de modèle à contre-modèle, comme le suggèrent certains représentants de l’histoire de l’art « moderne », au premier rang desquels Winckelmann lui-même ? Ou bien sont-elles liées entre elles, en dépit de toute dénégation, par un lien de filiation caché ? C’est à ces questions que nous essaierons de trouver quelques éléments de réponse en parcourant la tradition des « musées de papier » dévolus aux objets d’art, durant les XVIIe et XVIIIe siècles.

Le recueil d’images de Cassiano dal Pozzo est sans doute le plus important de son temps par son ampleur. Mais il n’est pas le seul dans la période considérée, et ce notamment en Italie et en France. Au début du xviie siècle, des antiquaires italiens tels que Giacomo Grimaldi (1560?-1623), Federico Borromeo (1564-1631) ou encore Antonio Bosio (1575-1629) constituèrent d’importantes collections graphiques sur l’art des premiers temps de la chrétienté. De même, dans ses Vetera Monimenta, Giovanni Ciampini (1633-1698) cherche à montrer, au moyen d’un riche appareil de gravures, le développement de l’art chrétien depuis les premiers temps de la chrétienté jusqu’au xie siècle. Au tournant du xviie et du XVIIIe siècle, cette tradition trouve un important prolongement dans les travaux historiques de la congrégation bénédictine de Saint-Maur, où elle est assimilée et transformée. Figure majeure de cette congrégation, le bénédictin Bernard de Montfaucon (1655-1741) rassemble un corpus d’images d’une ampleur inédite et leur accorde un statut épistémologique nouveau. Les dix volumes de L’Antiquité expliquée et représentée en figures qui paraissent en 1719 contiennent 1 120 planches gravées représentant 30 000 à 40 000 objets – auxquels viennent s’ajouter en 1724, cinq volumes de suppléments tout aussi amplement illustrés[2]. Montfaucon apporte ainsi un tribut de poids à la constitution d’amples corpus figurés, autorisant la visualisation massive d’œuvres d’art et encourageant l’émergence d’une histoire des formes par les images. La présente contribution entend analyser le devenir de cette tradition jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, en s’attachant notamment au Recueil d’antiquités du comte de Caylus (qui paraît en sept volumes entre 1752 et 1767) et à l’Histoire de l’art par les monumens de Séroux d’Agincourt.

[1] J.J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterthums, Dresde, G.C. Walther, 1764.

[2] B. de Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, 10 vol., Paris, F. Delaulne etc., 1719 ; Id., Supplément au Livre de l’Antiquité expliquée et représentée en figures, 5 vol., Paris, F. Delaulne etc., 1724.

Légende et droit  de l’image : Giuseppe Bianchini, Demonstratio Historiae Ecclesiaticae… 1752-1754, gravure 70 x 150 cm, Bibliothèque nationale et universitaire, Strasbourg  © BNU, Strasbourg.

 

Notice bio-bibliographique

Élisabeth Décultot, directrice de recherche au CNRS, a consacré ses travaux à la théorie esthétique du néo-classicisme ainsi qu’à la genèse de l’historiographie de l’art en Europe au XVIIIe siècle. Elle a été commissaire de l’exposition “Musées de papier. L’Antiquité en livres, 1600-1800” (Musée du Louvre, 22 septembre 2010-3 janvier 2011). Elle a publié plusieurs ouvrages sur l’œuvre de Johann Joachim Winckelmann et sur le retour à l’antique (É. Décultot, J. J.  Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, PUF, 2000 ; J. J. Winckelmann, De la description, introduction, traduction et notes par É. Décultot, Paris, Macula, 2006 ; Graecomania. Der europäische Philhellenismus, éd. par É. Décultot, E. Agazzi et G. Heß, Berlin, De Gruyter, 2009). Ses recherches l’ont également conduite à s’intéresser à la réception européenne du Laocoon (Le Laocoon. Histoire et réception, n° 19 de la Revue Germanique Internationale, éd. par É. Décultot, J. Le Rider et F. Queyrel, PUF, 2003). Enfin, elle a travaillé sur les échanges entre l’Allemagne et la France dans le domaine du discours sur l’art (« Esthétique ». Histoire d’un transfert franco-allemand, n° de la Revue de Métaphysique et de Morale, 2002, 2 (juin), éd. par É. Décultot ; Esthétiques de l’Aufklärung, n° 4 de la Revue Germanique Internationale [nouvelle série], Paris, CNRS-Éditions, 2006, éd. par É. Décultot et S. Buchenau).

Nabila Oulebsir (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS).

Circulation des savoirs historiques sur l’art en contextes européen et extra-européen: le rôle de Jean Alazard à Florence (1913-1922) et à Alger (1922-1960)

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Le Patrimoine immatériel : circulation des langues et des musiques en Méditerranée

Séminaire de recherche organisé par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS), Dominique Poulot (Université Paris I / IUF), Astrid Swenson (Brunel University, London), Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

Séance du 18 mai 2012 (14h-17h, Salle Giorgio Vasari, INHA, 2 rue Vivienne, F-75002, Paris).

• Jocelyne Dakhlia (Directrice d’études à l’EHESS, CRH). Le patrimoine linguistique de la Méditerranée : la Lingua Franca.

Notice bio-bibliographique:

http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/143

Jocelyne Dakhlia est directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, membre du Centre de recherches historiques où elle dirige le PRI “Transméditerranées”. Privilégiant une approche transnationale, ses travaux portent sur les modèles politiques et frontières culturelles dans l’Islam méditerranéen. Parmi ses publications, on compte les ouvrages: Trames de langues. Histoire et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb (Paris, Maisonneuve et Larose, 2004), Des arts en tension : la création artistique contemporaine en pays d’Islam, (Paris, Éditions Kimé, collection « Esthétiques », 2006), Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée (Arles, Actes Sud, 2009, http://etudesafricaines.revues.org/14308)

Mourad Yelles (Maître de conférences HDR, INALCO). La circulation des savoirs sur la musique maghrébo-andalouse.

Notice bio-bibliographique:

http://www.inalco.fr/IMG/pdf/YELLES_Mourad.pdf

Mourad Yelles est maître de conférences en littérature comparée maghrébine à l’INALCO, titulaire d’une HDR. Ses thèmes de recherche portent sur les métissages littéraires, les écritures et oralités au Maghreb, les pratiques artistiques et imaginaires post-coloniaux. Parmi ses publications, on compte: Cultures et métissages en Algérie. La racine et la trace (Paris, L’Harmattan, 2005), Habib Tengour. L’arc et la lyre. Dialogues (Alger, Éditions Casbah, 2006).

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Interactions patrimoniales franco-québécoises (Poitiers)

Séance du séminaire Frontières du patrimoine consacrée aux Circulations transatlantiques et patrimonialisations, mutualisée avec  les journées scientifiques organisées à l’Université de Poitiers par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS) et Laurier Turgeon (Université Laval, Québec) sur les Interactions patrimoniales franco-québécoises.

Programme PDF: Prog. journées 15-16 mars 2012 (Poitiers)

Poitiers, 15 et 16 mars 2012.

Lieu:  AMPHI 172 – Bâtiment III de la Faculté de Sciences humaines et Arts, 8 rue René Descartes, 86022 – Poitiers.

PROGRAMME

Jeudi 15 mars 2012

Matinée : 09:30-12:45

09:30.   Accueil des participants puis allocutions d’ouverture.

10:00.  Introduction. Interactions patrimoniales, transferts culturels et artistiques, par Nabila Oulebsir, Laurier Turgeon et Thierry Sauzeau.

Session 1 : Circulations transatlantiques

Président de séance : Jérôme Grévy (Université de Poitiers, CRIHAM)

10:15. Thierry Sauzeau (Université de Poitiers, CRIHAM). Territoires et patrimoines au Québec et en Poitou-Charentes. Destins croisés.

10:45. Laurier Turgeon (Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, Directeur de l’Institut du patrimoine culturel, Université Laval, Québec). La circulation des objets français chez les Amérindiens de l’Amérique du Nord (XVIe-XXe siècle).

11:15.  André Magord (Université de Poitiers, Directeur de l’Institut d’études acadiennes et québécoises). La préservation d’un patrimoine identitaire au gré des circulations transatlantiques des Acadiens.

11:45.   Ronald Labelle (Titulaire de la Chaire d’études McCain en ethnologie acadienne, Université de Moncton, Nouveau-Brunswick). De l’Ouest de la France à l’Est du Canada : le parcours ethnographique de Geneviève Massignon.

12:15.  Discussion.

12:45.  Déjeuner.

Après-midi : 14:00-17:30

Session 2 : Patrimonialisations  architecturales et interactions artistiques

Présidente de séance : Véronique Meyer (Université de Poitiers, CRIHAM).

14:00. Bernard Toulier (Direction des patrimoines, ministère de la Culture). Patrimonialisation de l’architecture contemporaine en France.

14:30. Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM/ CRIA-EHESS). Archives de l’architecture contemporaine : un potentiel patrimonial.

15:00.  Fabrice Bonnifait (Chef du Service de l’Inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes, Poitiers). Paysages mémoriels franco-québécois: les lieux de mémoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes.

15:30. Discussion

16:00.   Stéphanie Danaux (Université de Grenoble II). De la Bretagne au Québec, de la presse au livre : interactions et innovations du dessinateur Théophile Busnel (1882-1908).

16:30.    Patrick Tréguer (Responsable du Lieu multiple, pôle de création numérique, Espace Mendes France, Poitiers). Projet “téléprésence artistique” entre Montréal (Société des Arts Technologiques) et Poitiers (le Lieu multiple, EMF).

17:00.  Discussion.

17:30. Cocktail dinatoire – Célébration des 30 ans de l’Institut d’études acadiennes et québécoises (IEAQ) de l’Université de Poitiers.

Vendredi 16 mars 2012

Matinée : 10:00-12:30

Session 3 : Patrimonialisations, entre matériel et immatériel

Présidents de séance : Laurier Turgeon (Université Laval, Québec) et Astrid  Swenson (Brunel University, Londres).

10:00.   Claudine Cohen (EHESS, Paris). L’art rupestre et l’art pariétal : déchiffrer la trace.

10:30.  Daniel Arsenault (Directeur du CÉLAT, Université du Québec, Montréal). La patrimonialisation des sites d’art rupestre amérindiens au Québec et au Canada aujourd’hui.

11:00.  Stéphane Michonneau (Casa de Velázquez, Madrid / Université de Poitiers). La patrimonialisation des ruines.

11:30.   Discussion.

12:50.   Clôture des journées par Nabila Oulebsir.

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Patrimoine et Conflit / Heritage and Conflict

Séminaire de recherche organisé par: Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS, Paris) ; Dominique Poulot (Université Paris I / IUF); Astrid Swenson (Brunel University, London); Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

Paris, 17 février 2012, 14h-16h.

Lieu: Salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 14h-16h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris.

Gabi Dolff-Bonekämper (Prof. Dr. Technische Universität, Institut für Stadt und Regionalplanung (ISR), Fachgebiet Denkmalpflege, Berlin).

Confrontations patrimoniales. Quelques réflexions autour du statut légal, local et sémantique des patrimoines.

Cet exposé s’articulera autour de trois thèmes principaux :

1. Patrimoine et conflit strcturel   (Heritage and Conflict)
2. Patrimoine en conflits militaires  (Heritage in Conflict)
3. Patrimoine de conflits (Heritage of Conflict).

Notice bio-bibliographique

Gabi Dolff-Bonekämper est titulaire de la Chaire d’études de conservation à l’Institut de planification urbaine et régionale de l’Université technique de Berlin (depuis 2005). De formation en histoire de l’art, acquise dans les universités de Marburg et de Poitiers, elle a été conservatrice à l’Office de protection des bâtiments  historiques de Berlin (1998-2002), et membre du groupe international d’experts  de l’UNESCO pour la reconstruction du pont de Mostar (2004-2005). Ses principaux sujets de recherche et de publication sont l’architecture et le patrimoine du xxe siècle, la théorie de la conservation et les sites contestés de patrimoine. On compte parmi ses publications : « Patrimoine culturel et conflit. Le regard de l’Europe », in Museum International, n°245/246 (2010), « Patrimoine commun – Futurs partagés », p. 14–20) ; Denkmalpflege statt Attrappenkult: Gegen die Rekonstruktion von Baudenkmälern – eine Anthologie (avec Adrian von Buttlar, Michael S. Falser et al., Basel: Birkhäuser, 2010. (Bauwelt-Fundamente, 146). http://www.dolff-bonekaemper.de/

• Astrid Swenson (Lecturer, Brunel University, London).

Heritage and Endangerment: from the Dodo to the French’s Gourmet Meal.

The talk examines how the increasing emphasis of endangerment in current heritage discourses emerged since the 18th century. Ideas about endangerment offer a good lense through which the entangled histories of France, Germany and Britain can be contrasted. I am particularly interested in the importance of national contexts versus transnational and international factors. Arguable, the key moments in the emergence and institutionalisation of the notion of heritage stemmed from particular dangers to objects, and collective identities, leading to the idea that the state, civil society and the international community should provide preservation through inventories, museums and archives. Such key moments include vandalism during the French Revolution (leading to the first theoretical texts, inventories and the historic museum), art looting during the Napoleonic wars (leading to international protest), urbanisation and industrialisation during the nineteenth century (leading to private preservation association and widespread national legislation), total war in the twentieth century (leading to the creation of international conventions), modernisation, colonialism and globalisation (leading to the convention on intangible heritage). While much as been written on how particular threats triggered key moments in history of preservation, much less is known on how dangers were perceived and conceptualised by contemporaries. The talk will highlight why certain dangers were persistently invoked while others disappeared from public discourse and show how over the course of the last two centuries, the discourse shifted from the sources of endangerment to the condition of endangerment. This might throw interesting light on a rather nonlinear development of the champ patrimonial: discourses of endangerment in areas as diverse as architecture, landscape, folklore, languages, animal species and humans converged in the late nineteenth century, before becoming treated more separately during the twentieth century and then increasingly linked again in the last couple of decades through the fostering of a new language of heritage. While ideas of danger certainly shaped the modern notion of heritage, it is worth also noting tensions rather than the alliances between ‘heritage’ and ‘endangerment’. I will analyse why in certain heritage campaigns the language of endangerment is not prevalent (and ask whether this is linked to particular local and national experiences) but why other concepts are privileged and examine the tension between endangerment and other concepts in the definition of what constitutes heritage, such as in the UNESCO convention on intangible heritage that requires a heritage to be both living and endangered at the same.

Biography

Astrid Swenson is Lecturer in European History at Brunel University London, and since November 2010, co-leads the seminar Frontières du patrimoine. After studying History, Art History and Modern Literature at the university of Mainz and Dijon, she graduated from the University of Cambridge (United Kingdom) with a Ph.D on “Conceptualising Heritage History in Nineteenth-and Early Twentieth Century France, Germany and England”. Her work focuses on the role of cultural exchange in the creation of the concept of heritage since the nineteenth century. Her book entitled The Rise of Heritage. Preserving the Past in France, Germany and England, 1789-1914 is forthcoming with Cambridge University Press. She is also editing currently (with Peter Mandler) the Proceedings of the colloquium “From Plunder to Preservation. Britain and the Heritage of Empire, 1800-1950” (Oxford University Press, Proceedings of the British Academy). Astrid Swenson was a researcher at Cambridge Victorian Studies Group and Darwin College, Cambridge. She currently leads the Brunel Heritage Network in London, and is a member of a working group on “Endangerment” at the Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte in Berlin.

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Voyages d’architectes en Orient et en Méditerranée

Bar-le-Duc (Meuse), 8 février 2012, 20h.

Conférence au Musée Barrois

Lieu : Musée Barrois – Esplanade du Château, rue François de Guise, F-55000 Bar-le-Duc. Contact : Claire Paillé, Service des publics. Courrier électronique : musee@barleduc.fr

 

Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS).

Voyages d’architectes Français en Orient et en Méditerranée, XIXe et XXe siècles

Seront évoqués les voyages entrepris par des architectes français en Orient et en Méditerranée, aux XIXe et XXe siècles,  leur perception du patrimoine bâti des pays parcourus, les travaux et dessins réalisés sur place alternant entre antiquité revisitée, art arabe et mauresque, et une modernité nouvelle affirmée.

 

 

 

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

National Museums and the Negotiation of Difficult Pasts

EUNAMUS international conference

http://www.eunamus.eu/project/project.html

National Museums and the Negotiation of Difficult Pasts

Les musées nationaux et la négociation des passés difficiles

Brussels, 26-27 January 2012

Maison des Arts, Campus of the Université Libre de Bruxelles.

Organised by:

Dominique Poulot, Eunamus / Université Paris 1 / Institut Universitaire de France.
Felicity Bodenstein, Eunamus.
José M. Lanzarote-Guiral, Eunamus.
Contact: eunamus3@gmail.com

Thursday January 26th : Morning session  9:00 – 12:30

Session 1: From Artworks to human remains: restitution of cultural assets

9:00 / Christophe Loir (Université Libre de Bruxelles) and Dominique Poulot. Introduction to the conference.

9:30 / Keynote speaker: Fredrik Svanberg (Historiska Museet, Stockholm).  Bodies collected and contested: The heritage of anatomical museums.

10:00 / Lill Eilertsen (Eunamus, Oslo). Breaking the ice: Contested objects in the Arctic areas.

10:20 / Eva Silvén (Nordiska Museet, Stockholm). Contested Sami heritage: drums and sieidis on the move.

11:20 / Lotten Gustafsson Reinius  (Museum of Ethnography, Stockholm). Beyond the ritualized closure: re-locating perspectives on a celebrated Swedish-Australian restitution case.

11:40 / Andrzej Jakubowski  (Polish Academy of Sciences, Warsaw). The Effects of State Succession on National Museums: the Negotiation of Difficult Pasts in the Post-Cold War Context.

Thursday January 26th: Afternoon session 14:00 – 18:00

Session 2: Negociating difficult pasts: Traumatic memories of war and dictatorship

14:00 / Keynote speaker: Robin Ostow (Wilfrid Laurier University, Waterloo, Ontario, and University of Toronto). Warsaw’s new Jewish Museum: Building a new history in a twenty-first century democracy.

14:30 / Sheila Watson, Andy Sawyer (Eunamus, Leicester). Museums and World War II.

14:50 / Silke Walther (Ruhr Universität, Bochum). Imagined Communities in Contemporary Holocaust Exhibitions.

15:50 / Paul Williams (Ralph Appelbaum Associates, New York). Treading Difficult Ground: The Effort to Establish Russia’s First National Gulag  Museum.

16:10 / Mathilde Le Luyer (University of Lille 2).  Repenser une mémoire européenne du totalitarisme, l’expérience des musées de l’occupation baltes.

16:50 / Simina Badica (Eunamus, CEU).  Museums of Oblivion. Exhibiting Communism in Post-Communist Romania.

17:10 / Rossitza Guentcheva (Eunamus, CEU). Communism Contested: The Museum of Socialist Art in Sofia.

Friday January 27th : Morning session 9:00 – 12:30

Session 3: Negotiating difficult pasts: shifting borders and  community identities

9:00 / Keynote speaker: Tassos Anastassiadis (McGill University, Montreal). From Ottoman refugees to EU citizens and global diasporas: Shifting boundaries of imagined communities and the global usages of the past.

9:30 / Ilaria Porciani (Eunamus, Bologna). A Tale of Three Museums. The Parenzo and Pola Museums in Istria and the Fiume  museum in Rome: hot spots for national identities.

09:50 / Simona Troilo (Eunamus, Bologna). The fabrication of Rhodes heritage. The Italian colonial politics and the question of antiquities in the Dodecanese (1914-1928).

10:50 / Theopisti Stylianou-Lambert (Cyprus University of Technology) and Alexandra Bounia (Eunamus Aegean). Reluctant Museums”: between a church and a museum. Displaying religion in Cypriot museums

11:10 / Luís Raposo (National Museum of Archaeology, Lisbon). Portuguese ancestry and contemporary disillusions: the role of the National Ethnographic Museum / National Museum of Archaeology, from late XIX century to present days

11:30 / Nabila Oulebsir (Université de Poitiers). Non-European Museums in the Time of Globalisation: Negotiating French History, Investing National Identity in the Twenty-First Century Algeria.

More information : http://www.eunamus.eu/firstpage/brusselsconf.html

Program in PDF : http://www.eunamus.eu/files/eunamus_brussels_programme.pdf

Previous events :

Paris, 29 juin- 1er juillet 2011.

Université Paris I-Panthéon-Sorbonne / Eunamus, Linköpings Universitet, Sverige.

Lieu : Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002, Paris, Salle Perrot puis Vasari.

Great historical narratives in European museums (1750-2010). Building Nations, Looking across Borders and Remenbering the Past.

Les musées européens et leurs grands récits (1750-2010). Constructions nationales, questions de frontières et usages politiques du passé.

Colloque organisé par Dominique Poulot, Professeur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Programme : http://www.eunamus.eu/firstpage/paris_workshop.html

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Restitution / Déplacement

Restitution / Déplacement

Paris, 20 janvier 2012, 14h-16h.

Lieu: Salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 14h-16h, Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris.

Séminaire de recherche organisé par:

Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHA / CRIA-EHESS, Paris) ; Dominique Poulot (Université Paris I / IUF); Astrid Swenson (Brunel University, London); Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

• Bénédicte Savoy (Prof. Dr. Technische Universität, Institut für Kunstwissenschaft und Historische Urbanistik, Berlin).

Hiver 1913-14 : fièvre égyptienne à Berlin.

Depuis près de cent ans, l’Égypte réclame à l’Allemagne le buste de la reine égyptienne Nefertiti, conservé et exposé au Neues Museum de Berlin. À qui appartient Nefertiti ? Et plus généralement : à qui appartient l’antiquité égyptienne ? L’exposé propose de mettre en lumière l’effet fulgurant produit à Berlin par l’exposition des sculptures découvertes à Tell el-Amarna en moyenne Égypte lors des fouilles de 1912 (ces fouilles mêmes qui marquèrent la découverte de Nefertiti). Il s’interroge sur le rapport entre appropriation matérielle et appropriation esthétique d’objets d’art issus de cultures lointaines.

Notice bio-bibliographique :

Bénédicte Savoy est professeure d’histoire de l’art à l’Université Technique de Berlin (Technische Universität). Elle a consacré la plupart de ses travaux à la question des déplacements forcés d’œuvres d’art en Europe depuis les années 1800 et plus généralement à la question des transferts culturels. En 2010-2011, elle a assumé le commissariat de l’exposition « Napoleon und Europa. Traum und Trauma » au Hall des expositions de la république fédérale à Bonn. Elle est responsable avec Jacek Purchla de la section 19 « Restitution » du Congrès International d’Histoire de l’Art (CIHA) à Nuremberg en 2012. Parmi ses publications, on compte Patrimoine annexé. Les saisies de biens culturels opérées par la France en Allemagne autour de 1800 (Paris, Èd. de la Maison des sciences de l’homme, Passages/Passagen n°5, 2003), et plus récemment Nofretete, eine deutsch-französische Affäre, 1912-1931 (Cologne/Vienne [Böhlau], 2011).

• Ruth Fiori (Docteur en Histoire de l’art).

Le déplacement des monuments parisiens : quel rapport au patrimoine ?

Plus d’une centaine d’éléments du patrimoine parisien est aujourd’hui à un emplacement
différent de celui qui les a vu naître, que ce soit à Paris, en France et ailleurs. Apparus dès la fin du XVIIIsiècle, ces déplacements d’œuvres d’architecture et de sculpture composent une circulation originale du patrimoine et correspondent à des motivations diverses, qui ont pu elles-mêmes évoluer au cours du temps. Mais si le résultat correspond bien souvent à la sauvegarde, le détail des raisons qui ont présidé à cette opération révèle que l’intention patrimoniale n’est pas toujours si évidente. À partir de quelques cas significatifs, l’exposé soulèvera la question du rapport au patrimoine émergeant de cette pratique.

Notice bio-bibliographique

Ruth Fiori est docteur en histoire de l’art. Elle a soutenu en juin 2009 à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), sous la direction de Dominique Poulot, une thèse intitulée « La construction d’une conscience patrimoniale à la fin du xixe siècle : acteurs pratiques et représentations (1884-1914) », à paraître sous le titre : L’invention du Vieux Paris. Naissance d’une conscience patrimoniale dans la capitale (Wavre, Éd. Mardaga, avril 2012). Parallèlement à ses recherches sur l’histoire de la sauvegarde du patrimoine, elle a contribué pendant quatre ans aux programmes de recherche en histoire de l’architecture de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA, 2005-2009), et a traité plusieurs fonds photographiques du vieux Paris (musée Carnavalet, bibliothèque Jacques Doucet, vues de Paris de 1870 à 1940). Elle a ensuite participé aux enquêtes patrimoniales pour la révision du Plan de sauvegarde et de mise en valeur du Marais et dirigé des parcours d’architecture sur l’histoire des formes urbaines à Paris (École nationale d’architecture Paris-La Villette, agence immobilière Architecture de Collection). Elle travaille actuellement sur un programme de recherche du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) relatif aux membres des sociétés savantes en France. Sa dernière publication porte sur le Paris déplacé, du XVIIIe siècle à nos jours (Paris, Éd. Parigramme, 2011).

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Circulation des savoirs urbains et techniques sur la ville

Circulation des savoirs urbains et techniques sur la ville

Poitiers, 14 décembre 2011, 14h-17h.

Lieu: Salle 115, 14h-17h – Université de Poitiers, CRIHAM – Faculté de Sciences humaines & Arts, Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022, Poitiers.

Séminaire de recherche organisé par:

Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS, Paris) ; Dominique Poulot (Université Paris I / IUF); Astrid Swenson (Brunel University, London); Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

• Nabila Oulebsir (Maître de conférences en Histoire de l’architecture et du patrimoine, CRIHAM / CRIA, EHESS).

Histoire croisée des villes : la circulation des savoirs urbains et architecturaux sur la ville moderne (Berlin, Paris, Barcelone, Alger).

Favorisant une approche croisée des villes, seront ici évoquées les transformations urbaines ayant caractérisé les villes européennes et du pourtour de la Méditerranée dans la première moitié et au milieu du XIXe siècle, en les inscrivant dans le champ des savoirs urbains et architecturaux produits à cette période. Parmi ces villes, certaines ont été soumises à une rapide transformation à la suite de la Révolution industrielle, à une volonté politique affirmée de modernisation de l’espace urbain et à une concurrence soutenue entre capitales européennes, tandis que d’autres ont appliqué les nouvelles règles d’urbanisme à la suite des colonisations européennes tout en servant de laboratoires urbains et architecturaux. Qu’il résulte d’un acte politique autoritaire et destructeur du cadre bâti ancien, d’une modernisation sociale et urbaine ou d’une colonisation, le paysage urbain dessiné met en œuvre des savoirs urbains et architecturaux nouveaux dont on propose ici d’analyser la circulation et les transferts à travers les cas de Berlin – notamment le quartier du Mitte et son pôle muséal urbain édifié dès 1830 –, de Paris, Barcelone et Alger – notamment les projets menés par Georges Haussmann dans le quartier de l’Opéra à Paris, par Ildefonso Cerdà pour l’Eixample, le plan d’extension de Barcelone, et par Frédéric Chassériau pour le boulevard de l’Impératrice à Alger, trois projets pilotes entre 1853 et 1870 de l’urbanisme moderne associant solutions architecturales et techniques, économie libérale et régulation publique.

Notice bio-bibliographique :

Nabila Oulebsir est depuis septembre 2000 Maître de conférences en Histoire de l’architecture et du patrimoine à l’Université de Poitiers – Département d’Histoire de l’art et archéologie. Parmi ses publications, on compte : “Les Archives, lieux de mémoire communs”, dans L’Image de Tlemcen dans les archives françaises, catalogue de l’exposition organisée au Centre Culturel Français de Tlemcen, 17 oct.-31 déc. 2011 (2011, Tlemcen, CCF), p. 201-208 ; “New Approach of European Architectural History. A Contemporary Point of View on Orientalism and Modernism”,  2A Architecture & Art, Winter 2010 (Dubaï), n°15-16, p. 118-121 ; Les Usages du patrimoine… (2004, Paris, Éd. de la MSH); Alger. Paysage urbain et architectures… (2003, Besançon/Paris, Éd. de L’Imprimeur, avec J.-L. Cohen).     Voir http://patrimoine.hypotheses.org/bibliographie et http://www.connectcp.org/profiles/profile.php?profileid=1192 

Christel Frapier (Post-doctorante au Centre d’histoire sociale du XXe siècle,Université Panthéon-Sorbonne/Paris I).

L’industrialisation de la construction en France et en Europe après la Seconde guerre mondiale : circulation des savoirs ou politiques techniques ?

Après la Seconde guerre mondiale, l’Europe se trouve confrontée à une pénurie de logements sans précédent. La France, comme de nombreux pays d’Europe, choisit de répondre quantitativement à ce problème en misant sur les techniques de  préfabrication lourde. Si d’autres pays comme l’Italie choisissent au contraire d’utiliser des techniques de construction plus traditionnelles afin de répondre au problème du chômage et ainsi relancer leur économie, le choix de  l’industrialisation de la construction de logements ne porte ses fruits que  tardivement, à partir de 1958, dès que l’appareil de production est opérationnel. Massivement adoptée en France, mais également dans l’ensemble des pays d’Europe, et jusqu’en Russie, l’industrialisation lourde suscite de nombreux procédés. Sa généralisation à travers l’Europe donne alors lieu à des  paysages urbains similaires, majoritairement composés de grands ensembles.  Comment s’est diffusée aussi uniformément cette forme de production ?  Peux-t-on parler de circulation des savoirs techniques, par le biais des  brevets d’invention, des revues mais aussi des acteurs de la construction  (architectes, ingénieurs, entrepreneurs) ou s’agit-il d’une volonté politique à une échelle nationale, voire supranationale ? Pour répondre à ces questions, nous nous appuierons sur nos travaux de recherche doctoraux et post-doctoraux ainsi que sur nos réflexions dans le cadre du groupe de recherche européen « Se loger en Europe à l’Est et à l’Ouest,  1947-1989 ».

Notice bio-bibliographique :

Christel Frapier a soutenu en décembre 2009 sa thèse de doctorat en Histoire de l’art à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), portant sur « Les ingénieurs-conseils dans l’architecture en France, 1945-1975 : réseaux et internationalisation du savoir technique » sous la direction d’Antoine Picon. Assistante temporaire d’enseignement et de recherche dans les universités de Strasbourg (2007-2008) et Belfort-Montbéliard (2008-2009), et actuellement chargée de cours d’Histoire de la construction à l’École d’architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée (2010-2012), elle est recrutée en tant que chercheure post-doctorante au Centre d’histoire sociale du XXe siècle (UMR 8058, CNRS/Université Paris I) pour l’année universitaire 2010-2011. Sa recherche porte désormais sur le logement en Europe de l’Est et de l’Ouest entre 1947-1989. Parmi ses publications, on compte : « The circulation of technical knowledge between France and Eastern Europe, 1945-1975», Journal of Architecture, vol. 14, no. 2, avril 2009, p. 185-196 ; « Réseaux et échanges techniques des ingénieurs-conseils français avec la Pologne (1945-1975) », in Carvais Robert, Guillerme André, Nègre Valérie, Sakarovitch Joël (dir.), Édifice & Artifice. Histoires constructives, Actes du  colloque du Congrès d’histoire de la Construction 19-21 juin 2008, Paris, Picard,  2010, p. 257-263 ; et « Le rôle des ingénieurs dans l’architecture en France, 1945-1975 », Histoire de l’Art, n°59, octobre 2006, p. 117-127.

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Architecture et quotidien du musée – Parution 2011

Récente parution:

Architecture et quotidien du musée (Actes des 1res Rencontres du Léman, 19, 20 et 21 juin 2008, ICOM-France, ICOM-Italie, ICOM-Suisse), Zürich, ICOM-Suisse/Genève, Design-Editions, 2011.

http://icom.museum/what-we-do/resources/publications-database/publication/architecture-et-quotidien-du-musee-geneve-19-20-et-21-juin-2008.html

TABLE DES MATIÈRES

Allocution d’introduction de la présidente d’ICOM-Suisse, Marie-Claude Morand

Allocution d’introduction de la présidente d’ICOM-France, Dominique Ferriot

Allocution d’introduction du président d’ICOM-Italia, Daniele Jalla

 ÉTAT DES LIEUX: TROIS HISTOIRES DE L’ARCHITECTURE DES MUSÉES

 Musées et architecture en France: neutralité ou décor, collection ou concept? Nabila Oulebsir.

Musées et convenance: exemples helvétiques, Leïla El-Wakil.           

Il museo Italiano del XX secolo: cent’anni di progetti e architetture, Alessandro Martini.

LE TRIANGLE COLLECTION-BÂTIMENT-PUBLIC À L’ÉPREUVE DES STANDARDS

Les standards des structures muséales : l’expérience italienne, Marco Filipi, Michela Rota.

La politique de rénovation des musées en France, Christophe Clément.          

Le Musée d’histoire du Valais ou les standards à réinventer, Marie-Claude Morand, Pierre Cagna.

DÉBAT AUTOUR DE RÉALISATIONS EMBLÉMATIQUES

Abattre des cloisons pour intégrer les fonctions, Marc-Antoine Kaeser.

La force de l’excès : le Mart de Trente, Gabriella Belli, Giorgio Verzotti.

Le musée sans architecte : défi ou utopie ? Elodie Kohler.

À propos du Musée du Louvre-Lens, Olivier Meslay.

DEUX PROJETS DE TRANSFORMATIONS GENEVOIS

Rénovation et extension du Musée d’art et d’histoire de Genève, Cäsar Menz.

À quoi peut bien servir un musée d’ethnographie à Genève,  Jacques Hainard.

Conclusion des Rencontres du Léman 2008 par la présidente d’ICOM-Suisse, Marie-Claude Morand.

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Programme annuel du séminaire 2011-2012

18 novembre 2011

(Salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 14h-17h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002, Paris)

Le savoir archéologique à ses frontières

Archaeological Knowledge on its Borders

 • Nabila Oulebsir (CRIA-EHESS, Maître de conférences en Histoire du patrimoine et de l’architecture, Université de Poitiers) et Astrid Swenson (Lecturer in History, Brunel University, London). Présentation du programme annuel du séminaire et du cycle Formation-Recherche (PFR) du CIERA pour 2011-2013 dans lequel il s’inscrit.

• Nathan Schlanger (Archives of European Archaeology – AREA). Entre savoirs antiquaires et naturalistes : numismatique et lithique au XIXe siècle.

 14 décembre 2011

(Salle 115, 14h-17h – Université de Poitiers, CRIHAM – Faculté de Sciences humaines & Arts, Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022, Poitiers)

Circulation des savoirs urbains et techniques sur la ville

Circulation of Urban and Technical Knowledge on the City

• Nabila Oulebsir. Histoire croisée des villes : la circulation des savoirs urbains et architecturaux sur la ville moderne (Paris, Berlin, Barcelone, Alger).

• Christel Frapier (Post-doctorante au Centre d’histoire sociale du XXe siècle,Université Panthéon-Sorbonne/Paris I). L’industrialisation de la construction en France et en Europe après la seconde guerre mondiale : circulation des savoirs ou politiques techniques ?

 20 janvier 2012

(Salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 14h-16h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris)

Restitution / Déplacement

Restitution / Displacement

 • Bénédicte Savoy (Prof. Dr. Technische Universität, Institut für Kunstwissenschaft und Historische Urbanistik). Hiver 1913/14 –Fièvre égyptienne à Berlin.

• Ruth Fiori (Docteur en Histoire de l’art). Le déplacement des monuments parisiens : quel rapport au patrimoine ?

 17 février 2012

(Salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 14h-16h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris)

Patrimoine et conflit

Heritage and Conflict

 • Gabi Dolff-Bonekämper (Prof. Dr. Technische Universität, Institut für Stadt und Regionalplanung (ISR), Fachgebiet Denkmalpflege, Berlin). Patrimoine culturel et conflit, le regard de l’Europe.

• Astrid Swenson. Patrimoine et danger

 15-16 mars 2012

(Salle des Actes – Université de Poitiers, CRIHAM– Faculté de Sciences humaines et Arts, Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022, Poitiers)

Circulations transatlantiques / Patrimonialisations

Transatlantic Circulations / Heritage Process

 • Laurier Turgeon (Pr. Université Laval, Québec). La circulation des objets français chez les Amérindiens de l’Amérique du Nord (XVIe–XXe siècle).

• Daniel Arsenault (Pr. Université de Québec, Montréal). La patrimonialisation des biens culturels amérindiens au Québec et au Canada aujourd’hui.

• Claudine Cohen (Maître de conférences en Histoire des sciences, EHESS, Paris). Art rupestre et art pariétal : déchiffrer la trace.

• Stéphane Michonneau (Casa Velázquez, Madrid / Maître de conférences en Histoire contemporaine, Université de Poitiers). La patrimonialisation des ruines.

Cette séance est mutualisée avec une journée d’étude organisée par Nabila Oulebsir (CRIA-EHESS / Université de Poitiers, CRIHAM) et Laurier Turgeon (Université Laval, Québec) sur le thème Interactions patrimoniales franco-québécoises. Le programme complet sera ultérieurement mis en ligne.

 18 mai 2012

(Salle Giorgio Vasari, 14h-17h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris)

Patrimoine immatériel : circulation des langues et  musiques en Méditerranée

Intangible Heritage: Circulation of Languages and Musics in the Mediterranean

 • Jocelyne Dakhlia (Directrice d’études à l’EHESS, CRH UMR CNRS). Le patrimoine linguistique de la Méditerranée : la Lingua Franca.

• Mourad Yelles (Maître de conférences HDR, INALCO). La circulation des savoirs sur la musique andalouse.

 22 juin 2012

(Salle Fabri de Peiresc, 10h-13h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002- Paris)

Histoire de l’histoire de l’art

History of Art History 

 • Élisabeth Décultot (Directrice de recherche au CNRS, CRIA UMR 8131, EHESS/ Centre Marc Bloch, Berlin). Une histoire de l’art par les images? Les musées de papier aux XVIIe et XVIIIe siècles.

• Nabila Oulebsir. Circulation des savoirs historiques sur l’art en contextes européen et extra-européen: le rôle de Jean Alazard à Florence (1913-1922) et à Alger (1922-1960).

• Astrid Swenson. L’émergence des « Heritage Studies ».

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Le savoir archéologique à ses frontières

Paris, 18 novembre 2011, 14h-17h.

Le savoir archéologique à ses frontières

Archaeological Knowledge on its borders

Lieu : Salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 14h-17h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris.

Le séminaire Frontières du patrimoine: circulation des savoirs,  des objets et œuvres d’art, organisé au Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne (CRIA, UMR 8131 CNRS, EHESS), reprendra son activité en ce premier semestre lors de cette séance du 18 novembre 2011.

Séminaire de recherche organisé par:

Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHA / CRIA-EHESS, Paris) ; Dominique Poulot (Université Paris I / IUF); Astrid Swenson (Brunel University, London); Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

• Nabila Oulebsir (Maître de conférences en Histoire de l’architecture et du patrimoine, CRIHAM / CRIA, EHESS) et Astrid Swenson (Lecturer in History, Brunel University, London).

Présentation du programme annuel du séminaire et du cycle Formation-Recherche (PFR) du CIERA pour 2011-2013 dans lequel il s’inscrit.

Nathan Schlanger (AREA : Archives of European Archaeology).

Entre savoirs antiquaires et naturalistes : numismatique et lithique au XIXe siècle.

Telle que pratiquée par John Evans (père d’Arthur de Cnossos) dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la numismatique s’avère être une discipline éminemment  ‘transfrontalière’, brassant les savoirs et les pratiques. D’une part, au sein des sciences antiquaires, elle joue un rôle primordial dans la constitution des  savoirs sur les outils de pierre récemment découverts et attribués à l’homme antédiluvien. D’autre part, certaines perspectives et problématiques numismatiques servent à caractériser et à distinguer l’étude de l’histoire naturelle et de l’histoire humaine: les monnaies et médailles comme modèle épistémologique pour la connaissance de la nature, et aussi comme modèle d’interprétation ‘darwinien’ de l’évolution de la culture matérielle.

 Notice bio-bibliographique

 Les travaux de Nathan Schlanger portent sur les techniques et la culture matérielle en archéologie et en anthropologie, ainsi que – dans le cadre du projet européen AREA* – sur l’histoire et la politique de l’archéologie dans le contexte colonial africain et en Europe des deux derniers siècles. Il a notamment publié et dirigé les ouvrages Autour de l’homme: contexte et actualité de André Leroi-Gourhan (2004, avec F. Audouze), Marcel Mauss: Techniques, Technology and Civilisation (2006), Archives, Ancestors, Practices: Archaeology in the Light of its History (2008, avec J. Nordbladh), et Sites of Memory: Between Scientific Research and Collective Representations (2008, avec J. Maříková et S. Lévin).

*AREA : Archives of European Archaeology – http://www.area-archives.org/

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Histoire des politiques culturelles

Poitiers, 9 novembre 2011, 14h-16h.

Université de Poitiers, Centre de recherches interdisciplinaires en Histoire, Art et Musicologie (CRIHAM), EA 4270.

Dans le cadre du séminaire Histoire des politiques culturelles organisé par Jérôme Grévy, professeur à l’Université de Poitiers, Nabila OULEBSIR (CRIA-EHESS / Université de Poitiers, CRIHAM), présentera un exposé sur La réforme et la modernisation des musées dans les années 30 : une approche transnationale, New York, Alger, Paris.

Lieu : Faculté de Sciences humaines & Arts, Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022 – Poitiers, Bâtiment I, salle 115, 14h-16h.

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Colloque et exposition à Tlemcen

Tlemcen, 17-19 octobre 2011 –  Université de Tlemcen.

Nabila OULEBSIR (CRIA-EHESS / Université de Poitiers, CRIHAM) présentera le 19 octobre une conférence intitulée Restaurer, réinventer : le patrimoine architectural à l’épreuve du chantier, entre discours et pratique, au colloque Tlemcen 2011 : treize siècles d’histoire partagée. Essai de bilan et perspectives d’avenir, programmé  à l’Université de Tlemcen (département d’Archéologie), et  jumelé avec  l’exposition L’Image de Tlemcen dans les archives françaises, organisée par le Centre culturel français de Tlemcen (octobre-décembre 2011) et donnant à voir des documents iconographiques conservés à Paris à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Fonds Edmond Duthoit*, mission de 1872, Ministère de la Culture) et au Service historique de l’Armée de Terre (S.H.A.T., Ministère de la Défense).

Voir aussi dans le catalogue d’exposition: 

Nabila Oulebsir. 2011. « Postface – Les Archives, lieux de mémoire communs », dans L’Image de Tlemcen dans les archives françaises, catalogue de l’exposition organisée au Centre Culturel Français de Tlemcen (17 octobre-30 décembre 2011), sous l’égide de l’Ambassade de France en Algérie, Tlemcen, CCF, pp. 201-208.

Sur Edmond Duthoit et la mission architecturale de 1872, voir :

– Nabila Oulebsir. 2009. « Edmond Duthoit. Un architecte néogothique et moderne,
entre Picardie et Méditerranée », dans Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Éditions Picard/CNRS InVisu, collection « D’une rive, l’autre », pp. 155-176. Le sommaire de cet ouvrage est disponible dans http://inha.revues.org/3367 et http://inha.revues.org/3348

– Nabila Oulebsir. 2004. Les Usages du patrimoine. Monuments, musées et politique
coloniale en Algérie (1830-1930),
préface de Daniel Nordman, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, X-418 p., 129 ill. Voir notamment dans cet ouvrage le chapitre « Une étude d’art arabe : la mission architecturale d’Edmond Duthoit (1872) », pp. 140-157. Chapitre subdivisé selon les rubriques suivantes : « L’architecture et l’art arabes à l’avant-scène en France », « Le voyage architectural en Orient »,

« Le parcours oriental d’Edmond Duthoit », « Lecture des monuments arabes de l’Algérie », « L’analyse raisonné », « Le gothique retrouvé », « Le souvenir de l’Alhambra ».

 https://books.google.fr/books?id=kv8-7vKP9PMC&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false

– Nabila Oulebsir. 2002. « Edmond Duthoit », Allgemeines Künstler-Lexikon  (World Biographical Dictionary of Artists), Munich/Leipzig, K.G. Saur Verlag, vol. 31, pp. 195-197.

– Nabila Oulebsir. [1994] 1996. « La découverte des monuments de l’Algérie. Les  missions d’Amable Ravoisié et d’Edmond Duthoit (1840-1880) », dans Catherine Bruant, Sylviane Leprun et Mercedes Volait (dir.), REMMM – « Figures de l’orientalisme en architecture », n°73-74, pp. 57-76.

 

Tlemcen, 8 mai 2011 – Centre Culturel Français de Tlemcen.

 

Nabila Oulebsir a donné une conférence au Centre Culturel Français de Tlemcen et au Département d’architecture de l’Université de Tlemcen, consacrée à l’architecte amiénois Edmond Duthoit, disciple de Viollet-le-Duc et premier architecte français à réaliser les relevés architecturaux des monuments mauresques de Tlemcen (1872), après ceux effectués dix ans auparavant lors de sa mission en Orient avec Melchior de Vogüé et William-Henry Waddington, à la recherche des traces chrétiennes en Orient. L’intitulé de la conférence étant  Le souvenir de l’Alhambra et le gothique revisités à Tlemcen par Edmond Duthoit, architecte des Monuments historiques.

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Journées européennes du patrimoine 2011

17 septembre 2011, Amilly (Montargis).

 À l’occasion des journées europénnes du patrimoine (17 et 18 septembre 2011), Nabila OULEBSIR (CRIA-EHESS / Université de Poitiers, CRIHAM) présente une conférence sur L’accueil des artistes en résidence et la mise en contexte de l’art dans la ville.

Lieu : Amilly, 18h30, Auditorium de la Médiathèque (rue des Droits de l’Homme, Amilly). Contact presse: Pauline Cantin:  culture (at) amilly45.fr

Cette conférence est associée à l’exposition Environs / Surroundings consacrée à de jeunes sculpteurs : Anne Claverie, Elvire Bonduelle, Félix Pinquier, Gaël Lecerf, Nelli David et Guillaume Sarda, issus de l’atelier de l’artiste britannique Richard Deacon (Bangor, Pays de Galles,1949), dont les œuvres ont été réalisées sur le site même des Tanneries  (234 rue des Ponts, Amilly), édifice industriel dédié depuis 2002 à la création contemporaine. Cette expérience montre l’interaction entre architecture et création artistique et les modalités de réemplois des édifices récents.

 

 

 

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Patrimonialisation

14 septembre 2011, Paris  (Belleville).

Dominique POULOT (Université Panthéon-Sorbonne) animera le 14 septembre 2011 dans le cadre de la thématique C “Le patrimoine culturel, enjeux et métamorphoses”,  du 4e congrès du Réseau Asie & Pacifique (Paris, 14-16 septembre 2011), l’atelier Patrimonialisations coloniales: approches transversales, organisé par Alexandra Loumpet-Galitzine.

Lieu: 60 Boulevard de La Villette, 75019, Paris. Ecole nationale supérieure de Paris-Belleville.

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Circulation des savoirs, des objets et œuvres d'art

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search