Histoire de l’histoire de l’art (Paris)

Séminaire de recherche organisé par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS), Dominique Poulot (Université Paris I / IUF), Astrid Swenson (Brunel University, London), Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

Séance du 22 juin 2012 Paris (15h-17h30, Salle Mariette, Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, F-75002, Paris).

• Élisabeth Décultot (Directrice de recherche au Centre Marc-Bloch, Berlin / CRIA-EHESS).

Une histoire de l’art par les images ? Les musées de papier aux XVIIe et XVIIIe siècles

Les musées de papier doivent leur nom au savant, collectionneur et mécène Cassiano dal Pozzo (1588-1657), qui constitua à Rome avec son frère Carlo Antonio l’une des plus riches collections de dessins du xviie siècle. Cette collection de plusieurs milliers de feuillets reçut le nom de Museo cartaceo. Elle avait pour but de rendre visible, sous forme de recueil d’images, le savoir universel des hommes sur la nature et sur l’histoire. Si la botanique, la zoologie et la géologie occupent une place importante dans cet ensemble, c’est surtout à ses reproductions d’œuvres antiques que le musée de papier de dal Pozzo dut sa célébrité. Par cette collection de reproductions, Cassiano peut être considéré comme la figure tutélaire d’un modèle de collection déterminant pour les XVIIe et XVIIIe siècles : les corpus d’images d’objets que seul l’espace quasi dématérialisé des livres ou des collections de dessins et de gravures donnait comme rassemblés. Le musée de papier de Cassiano dal Pozzo présente en effet cette caractéristique qu’il rassemble dans une collection de dessins une somme d’objets qui n’ont jamais été physiquement réunis en totalité dans un espace réel donné.

Dans l’ensemble très vaste des questions que suscitent ces musées de papier, une interrogation retiendra plus particulièrement notre attention. Dans quelle mesure les images de l’art antique contenues dans ces recueils ont-elles contribué à la naissance d’une forme particulière d’histoire de l’art, à savoir une histoire de l’art par les images, qui aurait précédé de plusieurs décennies l’histoire de l’art par le récit qui éclot à la fin du xviiie siècle, à la suite notamment des travaux de Winckelmann sur l’histoire de l’art antique[1] ? Quel lien existe-t-il entre ces deux formes d’histoire ? Entretiennent-elles un rapport de modèle à contre-modèle, comme le suggèrent certains représentants de l’histoire de l’art « moderne », au premier rang desquels Winckelmann lui-même ? Ou bien sont-elles liées entre elles, en dépit de toute dénégation, par un lien de filiation caché ? C’est à ces questions que nous essaierons de trouver quelques éléments de réponse en parcourant la tradition des « musées de papier » dévolus aux objets d’art, durant les XVIIe et XVIIIe siècles.

Le recueil d’images de Cassiano dal Pozzo est sans doute le plus important de son temps par son ampleur. Mais il n’est pas le seul dans la période considérée, et ce notamment en Italie et en France. Au début du xviie siècle, des antiquaires italiens tels que Giacomo Grimaldi (1560?-1623), Federico Borromeo (1564-1631) ou encore Antonio Bosio (1575-1629) constituèrent d’importantes collections graphiques sur l’art des premiers temps de la chrétienté. De même, dans ses Vetera Monimenta, Giovanni Ciampini (1633-1698) cherche à montrer, au moyen d’un riche appareil de gravures, le développement de l’art chrétien depuis les premiers temps de la chrétienté jusqu’au xie siècle. Au tournant du xviie et du XVIIIe siècle, cette tradition trouve un important prolongement dans les travaux historiques de la congrégation bénédictine de Saint-Maur, où elle est assimilée et transformée. Figure majeure de cette congrégation, le bénédictin Bernard de Montfaucon (1655-1741) rassemble un corpus d’images d’une ampleur inédite et leur accorde un statut épistémologique nouveau. Les dix volumes de L’Antiquité expliquée et représentée en figures qui paraissent en 1719 contiennent 1 120 planches gravées représentant 30 000 à 40 000 objets – auxquels viennent s’ajouter en 1724, cinq volumes de suppléments tout aussi amplement illustrés[2]. Montfaucon apporte ainsi un tribut de poids à la constitution d’amples corpus figurés, autorisant la visualisation massive d’œuvres d’art et encourageant l’émergence d’une histoire des formes par les images. La présente contribution entend analyser le devenir de cette tradition jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, en s’attachant notamment au Recueil d’antiquités du comte de Caylus (qui paraît en sept volumes entre 1752 et 1767) et à l’Histoire de l’art par les monumens de Séroux d’Agincourt.

[1] J.J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterthums, Dresde, G.C. Walther, 1764.

[2] B. de Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, 10 vol., Paris, F. Delaulne etc., 1719 ; Id., Supplément au Livre de l’Antiquité expliquée et représentée en figures, 5 vol., Paris, F. Delaulne etc., 1724.

Légende et droit  de l’image : Giuseppe Bianchini, Demonstratio Historiae Ecclesiaticae… 1752-1754, gravure 70 x 150 cm, Bibliothèque nationale et universitaire, Strasbourg  © BNU, Strasbourg.

 

Notice bio-bibliographique

Élisabeth Décultot, directrice de recherche au CNRS, a consacré ses travaux à la théorie esthétique du néo-classicisme ainsi qu’à la genèse de l’historiographie de l’art en Europe au XVIIIe siècle. Elle a été commissaire de l’exposition « Musées de papier. L’Antiquité en livres, 1600-1800 » (Musée du Louvre, 22 septembre 2010-3 janvier 2011). Elle a publié plusieurs ouvrages sur l’œuvre de Johann Joachim Winckelmann et sur le retour à l’antique (É. Décultot, J. J.  Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, PUF, 2000 ; J. J. Winckelmann, De la description, introduction, traduction et notes par É. Décultot, Paris, Macula, 2006 ; Graecomania. Der europäische Philhellenismus, éd. par É. Décultot, E. Agazzi et G. Heß, Berlin, De Gruyter, 2009). Ses recherches l’ont également conduite à s’intéresser à la réception européenne du Laocoon (Le Laocoon. Histoire et réception, n° 19 de la Revue Germanique Internationale, éd. par É. Décultot, J. Le Rider et F. Queyrel, PUF, 2003). Enfin, elle a travaillé sur les échanges entre l’Allemagne et la France dans le domaine du discours sur l’art (« Esthétique ». Histoire d’un transfert franco-allemand, n° de la Revue de Métaphysique et de Morale, 2002, 2 (juin), éd. par É. Décultot ; Esthétiques de l’Aufklärung, n° 4 de la Revue Germanique Internationale [nouvelle série], Paris, CNRS-Éditions, 2006, éd. par É. Décultot et S. Buchenau).

Nabila Oulebsir (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS).

Circulation des savoirs historiques sur l’art en contextes européen et extra-européen: le rôle de Jean Alazard à Florence (1913-1922) et à Alger (1922-1960)

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Le Patrimoine immatériel : circulation des langues et des musiques en Méditerranée

Séminaire de recherche organisé par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS), Dominique Poulot (Université Paris I / IUF), Astrid Swenson (Brunel University, London), Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

Séance du 18 mai 2012 (14h-17h, Salle Giorgio Vasari, INHA, 2 rue Vivienne, F-75002, Paris).

• Jocelyne Dakhlia (Directrice d’études à l’EHESS, CRH). Le patrimoine linguistique de la Méditerranée : la Lingua Franca.

Notice bio-bibliographique:

http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/143

Jocelyne Dakhlia est directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, membre du Centre de recherches historiques où elle dirige le PRI « Transméditerranées ». Privilégiant une approche transnationale, ses travaux portent sur les modèles politiques et frontières culturelles dans l’Islam méditerranéen. Parmi ses publications, on compte les ouvrages: Trames de langues. Histoire et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb (Paris, Maisonneuve et Larose, 2004), Des arts en tension : la création artistique contemporaine en pays d’Islam, (Paris, Éditions Kimé, collection « Esthétiques », 2006), Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée (Arles, Actes Sud, 2009, http://etudesafricaines.revues.org/14308)

Mourad Yelles (Maître de conférences HDR, INALCO). La circulation des savoirs sur la musique maghrébo-andalouse.

Notice bio-bibliographique:

http://www.inalco.fr/IMG/pdf/YELLES_Mourad.pdf

Mourad Yelles est maître de conférences en littérature comparée maghrébine à l’INALCO, titulaire d’une HDR. Ses thèmes de recherche portent sur les métissages littéraires, les écritures et oralités au Maghreb, les pratiques artistiques et imaginaires post-coloniaux. Parmi ses publications, on compte: Cultures et métissages en Algérie. La racine et la trace (Paris, L’Harmattan, 2005), Habib Tengour. L’arc et la lyre. Dialogues (Alger, Éditions Casbah, 2006).

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts