Restitution / Déplacement

Restitution / Déplacement

Paris, 20 janvier 2012, 14h-16h.

Lieu: Salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 14h-16h, Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris.

Séminaire de recherche organisé par:

Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHA / CRIA-EHESS, Paris) ; Dominique Poulot (Université Paris I / IUF); Astrid Swenson (Brunel University, London); Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

• Bénédicte Savoy (Prof. Dr. Technische Universität, Institut für Kunstwissenschaft und Historische Urbanistik, Berlin).

Hiver 1913-14 : fièvre égyptienne à Berlin.

Depuis près de cent ans, l’Égypte réclame à l’Allemagne le buste de la reine égyptienne Nefertiti, conservé et exposé au Neues Museum de Berlin. À qui appartient Nefertiti ? Et plus généralement : à qui appartient l’antiquité égyptienne ? L’exposé propose de mettre en lumière l’effet fulgurant produit à Berlin par l’exposition des sculptures découvertes à Tell el-Amarna en moyenne Égypte lors des fouilles de 1912 (ces fouilles mêmes qui marquèrent la découverte de Nefertiti). Il s’interroge sur le rapport entre appropriation matérielle et appropriation esthétique d’objets d’art issus de cultures lointaines.

Notice bio-bibliographique :

Bénédicte Savoy est professeure d’histoire de l’art à l’Université Technique de Berlin (Technische Universität). Elle a consacré la plupart de ses travaux à la question des déplacements forcés d’œuvres d’art en Europe depuis les années 1800 et plus généralement à la question des transferts culturels. En 2010-2011, elle a assumé le commissariat de l’exposition « Napoleon und Europa. Traum und Trauma » au Hall des expositions de la république fédérale à Bonn. Elle est responsable avec Jacek Purchla de la section 19 « Restitution » du Congrès International d’Histoire de l’Art (CIHA) à Nuremberg en 2012. Parmi ses publications, on compte Patrimoine annexé. Les saisies de biens culturels opérées par la France en Allemagne autour de 1800 (Paris, Èd. de la Maison des sciences de l’homme, Passages/Passagen n°5, 2003), et plus récemment Nofretete, eine deutsch-französische Affäre, 1912-1931 (Cologne/Vienne [Böhlau], 2011).

• Ruth Fiori (Docteur en Histoire de l’art).

Le déplacement des monuments parisiens : quel rapport au patrimoine ?

Plus d’une centaine d’éléments du patrimoine parisien est aujourd’hui à un emplacement
différent de celui qui les a vu naître, que ce soit à Paris, en France et ailleurs. Apparus dès la fin du XVIIIsiècle, ces déplacements d’œuvres d’architecture et de sculpture composent une circulation originale du patrimoine et correspondent à des motivations diverses, qui ont pu elles-mêmes évoluer au cours du temps. Mais si le résultat correspond bien souvent à la sauvegarde, le détail des raisons qui ont présidé à cette opération révèle que l’intention patrimoniale n’est pas toujours si évidente. À partir de quelques cas significatifs, l’exposé soulèvera la question du rapport au patrimoine émergeant de cette pratique.

Notice bio-bibliographique

Ruth Fiori est docteur en histoire de l’art. Elle a soutenu en juin 2009 à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), sous la direction de Dominique Poulot, une thèse intitulée « La construction d’une conscience patrimoniale à la fin du xixe siècle : acteurs pratiques et représentations (1884-1914) », à paraître sous le titre : L’invention du Vieux Paris. Naissance d’une conscience patrimoniale dans la capitale (Wavre, Éd. Mardaga, avril 2012). Parallèlement à ses recherches sur l’histoire de la sauvegarde du patrimoine, elle a contribué pendant quatre ans aux programmes de recherche en histoire de l’architecture de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA, 2005-2009), et a traité plusieurs fonds photographiques du vieux Paris (musée Carnavalet, bibliothèque Jacques Doucet, vues de Paris de 1870 à 1940). Elle a ensuite participé aux enquêtes patrimoniales pour la révision du Plan de sauvegarde et de mise en valeur du Marais et dirigé des parcours d’architecture sur l’histoire des formes urbaines à Paris (École nationale d’architecture Paris-La Villette, agence immobilière Architecture de Collection). Elle travaille actuellement sur un programme de recherche du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) relatif aux membres des sociétés savantes en France. Sa dernière publication porte sur le Paris déplacé, du XVIIIe siècle à nos jours (Paris, Éd. Parigramme, 2011).

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Circulation des savoirs urbains et techniques sur la ville

Circulation des savoirs urbains et techniques sur la ville

Poitiers, 14 décembre 2011, 14h-17h.

Lieu: Salle 115, 14h-17h – Université de Poitiers, CRIHAM – Faculté de Sciences humaines & Arts, Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022, Poitiers.

Séminaire de recherche organisé par:

Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS, Paris) ; Dominique Poulot (Université Paris I / IUF); Astrid Swenson (Brunel University, London); Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

• Nabila Oulebsir (Maître de conférences en Histoire de l’architecture et du patrimoine, CRIHAM / CRIA, EHESS).

Histoire croisée des villes : la circulation des savoirs urbains et architecturaux sur la ville moderne (Berlin, Paris, Barcelone, Alger).

Favorisant une approche croisée des villes, seront ici évoquées les transformations urbaines ayant caractérisé les villes européennes et du pourtour de la Méditerranée dans la première moitié et au milieu du XIXe siècle, en les inscrivant dans le champ des savoirs urbains et architecturaux produits à cette période. Parmi ces villes, certaines ont été soumises à une rapide transformation à la suite de la Révolution industrielle, à une volonté politique affirmée de modernisation de l’espace urbain et à une concurrence soutenue entre capitales européennes, tandis que d’autres ont appliqué les nouvelles règles d’urbanisme à la suite des colonisations européennes tout en servant de laboratoires urbains et architecturaux. Qu’il résulte d’un acte politique autoritaire et destructeur du cadre bâti ancien, d’une modernisation sociale et urbaine ou d’une colonisation, le paysage urbain dessiné met en œuvre des savoirs urbains et architecturaux nouveaux dont on propose ici d’analyser la circulation et les transferts à travers les cas de Berlin – notamment le quartier du Mitte et son pôle muséal urbain édifié dès 1830 –, de Paris, Barcelone et Alger – notamment les projets menés par Georges Haussmann dans le quartier de l’Opéra à Paris, par Ildefonso Cerdà pour l’Eixample, le plan d’extension de Barcelone, et par Frédéric Chassériau pour le boulevard de l’Impératrice à Alger, trois projets pilotes entre 1853 et 1870 de l’urbanisme moderne associant solutions architecturales et techniques, économie libérale et régulation publique.

Notice bio-bibliographique :

Nabila Oulebsir est depuis septembre 2000 Maître de conférences en Histoire de l’architecture et du patrimoine à l’Université de Poitiers – Département d’Histoire de l’art et archéologie. Parmi ses publications, on compte : « Les Archives, lieux de mémoire communs », dans L’Image de Tlemcen dans les archives françaises, catalogue de l’exposition organisée au Centre Culturel Français de Tlemcen, 17 oct.-31 déc. 2011 (2011, Tlemcen, CCF), p. 201-208 ; « New Approach of European Architectural History. A Contemporary Point of View on Orientalism and Modernism »,  2A Architecture & Art, Winter 2010 (Dubaï), n°15-16, p. 118-121 ; Les Usages du patrimoine… (2004, Paris, Éd. de la MSH); Alger. Paysage urbain et architectures… (2003, Besançon/Paris, Éd. de L’Imprimeur, avec J.-L. Cohen).     Voir http://patrimoine.hypotheses.org/bibliographie et http://www.connectcp.org/profiles/profile.php?profileid=1192 

Christel Frapier (Post-doctorante au Centre d’histoire sociale du XXe siècle,Université Panthéon-Sorbonne/Paris I).

L’industrialisation de la construction en France et en Europe après la Seconde guerre mondiale : circulation des savoirs ou politiques techniques ?

Après la Seconde guerre mondiale, l’Europe se trouve confrontée à une pénurie de logements sans précédent. La France, comme de nombreux pays d’Europe, choisit de répondre quantitativement à ce problème en misant sur les techniques de  préfabrication lourde. Si d’autres pays comme l’Italie choisissent au contraire d’utiliser des techniques de construction plus traditionnelles afin de répondre au problème du chômage et ainsi relancer leur économie, le choix de  l’industrialisation de la construction de logements ne porte ses fruits que  tardivement, à partir de 1958, dès que l’appareil de production est opérationnel. Massivement adoptée en France, mais également dans l’ensemble des pays d’Europe, et jusqu’en Russie, l’industrialisation lourde suscite de nombreux procédés. Sa généralisation à travers l’Europe donne alors lieu à des  paysages urbains similaires, majoritairement composés de grands ensembles.  Comment s’est diffusée aussi uniformément cette forme de production ?  Peux-t-on parler de circulation des savoirs techniques, par le biais des  brevets d’invention, des revues mais aussi des acteurs de la construction  (architectes, ingénieurs, entrepreneurs) ou s’agit-il d’une volonté politique à une échelle nationale, voire supranationale ? Pour répondre à ces questions, nous nous appuierons sur nos travaux de recherche doctoraux et post-doctoraux ainsi que sur nos réflexions dans le cadre du groupe de recherche européen « Se loger en Europe à l’Est et à l’Ouest,  1947-1989 ».

Notice bio-bibliographique :

Christel Frapier a soutenu en décembre 2009 sa thèse de doctorat en Histoire de l’art à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), portant sur « Les ingénieurs-conseils dans l’architecture en France, 1945-1975 : réseaux et internationalisation du savoir technique » sous la direction d’Antoine Picon. Assistante temporaire d’enseignement et de recherche dans les universités de Strasbourg (2007-2008) et Belfort-Montbéliard (2008-2009), et actuellement chargée de cours d’Histoire de la construction à l’École d’architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée (2010-2012), elle est recrutée en tant que chercheure post-doctorante au Centre d’histoire sociale du XXe siècle (UMR 8058, CNRS/Université Paris I) pour l’année universitaire 2010-2011. Sa recherche porte désormais sur le logement en Europe de l’Est et de l’Ouest entre 1947-1989. Parmi ses publications, on compte : « The circulation of technical knowledge between France and Eastern Europe, 1945-1975», Journal of Architecture, vol. 14, no. 2, avril 2009, p. 185-196 ; « Réseaux et échanges techniques des ingénieurs-conseils français avec la Pologne (1945-1975) », in Carvais Robert, Guillerme André, Nègre Valérie, Sakarovitch Joël (dir.), Édifice & Artifice. Histoires constructives, Actes du  colloque du Congrès d’histoire de la Construction 19-21 juin 2008, Paris, Picard,  2010, p. 257-263 ; et « Le rôle des ingénieurs dans l’architecture en France, 1945-1975 », Histoire de l’Art, n°59, octobre 2006, p. 117-127.

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Architecture et quotidien du musée – Parution 2011

Récente parution:

Architecture et quotidien du musée (Actes des 1res Rencontres du Léman, 19, 20 et 21 juin 2008, ICOM-France, ICOM-Italie, ICOM-Suisse), Zürich, ICOM-Suisse/Genève, Design-Editions, 2011.

http://icom.museum/what-we-do/resources/publications-database/publication/architecture-et-quotidien-du-musee-geneve-19-20-et-21-juin-2008.html

TABLE DES MATIÈRES

Allocution d’introduction de la présidente d’ICOM-Suisse, Marie-Claude Morand

Allocution d’introduction de la présidente d’ICOM-France, Dominique Ferriot

Allocution d’introduction du président d’ICOM-Italia, Daniele Jalla

 ÉTAT DES LIEUX: TROIS HISTOIRES DE L’ARCHITECTURE DES MUSÉES

 Musées et architecture en France: neutralité ou décor, collection ou concept? Nabila Oulebsir.

Musées et convenance: exemples helvétiques, Leïla El-Wakil.           

Il museo Italiano del XX secolo: cent’anni di progetti e architetture, Alessandro Martini.

LE TRIANGLE COLLECTION-BÂTIMENT-PUBLIC À L’ÉPREUVE DES STANDARDS

Les standards des structures muséales : l’expérience italienne, Marco Filipi, Michela Rota.

La politique de rénovation des musées en France, Christophe Clément.          

Le Musée d’histoire du Valais ou les standards à réinventer, Marie-Claude Morand, Pierre Cagna.

DÉBAT AUTOUR DE RÉALISATIONS EMBLÉMATIQUES

Abattre des cloisons pour intégrer les fonctions, Marc-Antoine Kaeser.

La force de l’excès : le Mart de Trente, Gabriella Belli, Giorgio Verzotti.

Le musée sans architecte : défi ou utopie ? Elodie Kohler.

À propos du Musée du Louvre-Lens, Olivier Meslay.

DEUX PROJETS DE TRANSFORMATIONS GENEVOIS

Rénovation et extension du Musée d’art et d’histoire de Genève, Cäsar Menz.

À quoi peut bien servir un musée d’ethnographie à Genève,  Jacques Hainard.

Conclusion des Rencontres du Léman 2008 par la présidente d’ICOM-Suisse, Marie-Claude Morand.

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts