Patrimoine et art contemporain

Paris, 17 juin 2011, 14h-17h.

Patrimoine et art contemporain

Dernière séance avant les vacances d’été.

Lieu: Salle Giorgio Vasari – Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002, Paris, 14h-17h.

• Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIA-EHESS), Contemporanéité du patrimoine architectural et urbain : présences, usages et réemplois des édifices anciens et récents.

• Danielle Justes  (artiste) et Jacques Denglos (docteur en histoire), Art urbain, Art dans la ville.

•  Nabila Oulebsir, Dominique Poulot, Astrid Swenson, Bilan annuel du séminaire et nouvelles perspectives de recherche.

 

 

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Objets-sculptures en mouvement: du révolutionnaire au transnational

20 mai 2011

Objets-sculptures en mouvement : du révolutionnaire au transnational

Lieu: Salle Giorgio Vasari, Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris, 14h-17h.

 • Nabila OULEBSIR (CRIA-EHESS / Université de Poitiers, CRIHAM), Les statues équestres de Louis XIV (Place des Victoires, Paris) et du duc d’Orléans (Place du Gouvernement, Alger/ Place du duc d’Orléans, Neuilly-sur-Seine) : d’une histoire révolutionnaire et d’indépendance à une histoire nationale et transnationale.

Lorsqu’à la Révolution française, un débat est lancé par le député Lamette sur le rôle assuré dans la capitale par les « monuments élevés par le despotisme », pointant notamment sur la statue en pied entourée de quatre esclaves enchaînés, érigée en 1686 à la gloire de Louis XIV et conçue par Martin Desjardins, l’art entre dans le débat politique et la réflexion sur le marquage ou la purification de l’espace urbain de la capitale devient un enjeu politique (M. Ozouf, M. Agulhon, D. Poulot, É. Pommier). Démontée et fondue, elle est réédifiée en 1828 en une statue équestre conçue par François Joseph Bosio sur la même Place des Victoires (I. Dubois, A. Gady, H. Ziegler), témoignant ainsi d’une histoire réconciliée avec son passé et surtout envisageant le monument à travers sa valeur d’art. C’est à un élève du même sculpteur Bosio, Carlo Marochetti, qu’est commandée la statue équestre du duc d’Orléans, érigée en 1845 à Alger à la mémoire du fils aîné de Louis-Philippe, accidentellement décédé à Neuilly, qui avait conduit en 1839 la fameuse expédition des Portes de fer. Marochetti avait déjà à son actif quelques œuvres dont la statue équestre d’Emmanuel Philibert, duc de Savoie, érigée Place San Carlo à Turin, et bien après celle édifiée à Alger, la statue équestre de Richard cœur de Lion, devant le palais de Westminster à Londres.

Place Royale, Alger, fin des années 1840La statue équestre algéroise, premier monument érigé en une ville arabo-berbère récemment conquise, marque l’espace urbain par une production artistique nouvelle, contrastant aussi bien avec les mosquées environnantes qu’avec l’architecture française encore balbutiante. Installée Place du Gouvernement, premier « forum français », cette œuvre présente un bas-relief relatant les faits d’armes du prince et scènes de bataille. Elle a formé, de 1845 à 1962, le décor de la vie urbaine, politique et sociale d’Alger dont témoigne une riche iconographie (gravures, photographies, tableaux peints), devenant avec le temps, en interaction avec l’environnement, un élément du paysage urbain et social. Elle a eu un sort moins radical que celle de Louis XIV mais tout aussi symbolique : démontée, acheminée à Paris, cachée plusieurs années puis installée discrètement en 1981 à Neuilly-sur-Seine, au rond point Place du duc d’Orléans.

Nous évoquerons à travers ces exemples, l’un relevant d’une histoire nationale (Louis XIV), l’autre d’une histoire transnationale (duc d’Orléans, Alger/Paris), l’œuvre même qu’est la statue équestre en relation avec le sculpteur, sa filiation artistique et sa production, le rôle des œuvres sculptées dans la qualification de l’espace urbain en soulignant les moments forts de la contestation où les monuments artistiques sont investis d’un discours politique, révolutionnaire et indépendantiste. Nous tenterons de traduire le sens véhiculé par le démontage et le déplacement des monuments artistiques, et de saisir le destin de ces œuvres simultanément neutres et encombrantes, en perpétuel mouvement. Nous évoquerons aussi la mémoire populaire qui les entoure : se perpétue par exemple en Alger l’appellation Sahat-el-Oud (Place du Cheval), fixant l’image du cavalier sur son cheval, désormais absent du lieu même. Sera enfin préfigurée l’approche d’une histoire transnationale privilégiée dans cette étude.

 

Notice bio-bibliographique:

Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales (2000, CRH), Nabila Oulebsir est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université de Poitiers (Département d’Histoire de l’art et Archéologie) où elle enseigne l’histoire de l’architecture et du patrimoine (xixe et xxe siècles).

• Astrid SWENSON (Brunel University, Londres). Le Crac des Chevaliers : appropriation de l’architecture et de la sculpture des croisés, approches locales, coloniales et transnationales.

Dans les années 1930, le Musée des Monuments français du Trocadéro à Paris incluait dans son cœur une exposition de la sculpture des croisées en Méditerranée autour d’un modèle du Crac des Chevaliers, suite à l’acquisition du site syrien par la France. Cette communication examinera pourquoi l’architecture et la sculpture des croisées avaient une place importante, mais fort variée, dans la construction de la notion de patrimoine dans différent pays européens. Elle trace l’appropriation du Crac et d’autres monuments sur les Iles des Maltes, Chypres, Rhodes, et en Palestine et Syrie entre l’époque révolutionnaire et la deuxième guerre mondiale par les archéologues, historiens de l’art et hommes politiques français, anglais, italiens et allemands afin de comprendre l’intersection entre approches locales, nationales, coloniales, européennes et transnationales dans la construction de la notion du patrimoine.

Notice bio-bibliographique:

Astrid Swenson est Lecturer au Department d’Histoire et de Science politique à Brunel University, Londres. Après un parcours en Histoire, Histoire de l’art et Lettres modernes à Mayence et Dijon, et une thèse d’Histoire à l’Université de Cambridge (Royaume Uni), Astrid Swenson a été chercheur au Cambridge Victorian Studies Group et au Darwin College, Cambridge. Ses travaux portent sur les échanges culturels dans la création de la notion de patrimoine depuis le xixe  siècle. Actuellement, elle termine un livre issu de sa thèse sur « The Rise of Heritage. Preserving the Past in France, Germany and England, 1789-1914” (Cambridge University Press), ainsi que l’édition avec Peter Mandler (dir.), “From Plunder to Preservation. Britain and the Heritage of Empire, 1800-1950” (Proceedings of the British Academy).

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Le patrimoine scientifique : archives, instruments et objets universitaires

18 mars 2011

Le patrimoine scientifique : archives, instruments et objets universitaires

Séminaire de recherche organisé par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS, Paris) ; Dominique Poulot (Université Paris I / IUF); Astrid Swenson (Brunel University, London).

Lieu: Salle Giorgio Vasari – Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris. 14h-17h.

 • Soraya BOUDIA (maître de conférences, Université de Strasbourg) et Sébastien SOUBIRAN (docteur en histoire des sciences, responsable de la politique muséale de l’Université de Strasbourg), Sur l’investissement des universités et des institutions de recherche dans le patrimoine scientifique : pratiques et enjeux.

Aujourd’hui, la montée en puissance de la préoccupation patrimoniale dans les lieux scientifiques (université, laboratoire, observatoire ou hôpital universitaire) est manifeste, en France comme à l’échelle européenne. Au-delà de l’hétérogénéité que laisse apparaître un examen de la place du patrimoine dans ces lieux différents, un constat général peut être fait : depuis une dizaine d’années, une authentique configuration patrimoniale prend corps sous forme d’une nébuleuse de revendications et de réalisations, aboutissant dans certains cas à une reconnaissance institutionnelle et politique. Une réflexion à caractère professionnel a été engagée afin de définir une politique globale pour ces patrimoines, les cadres de leur sauvegarde, de leur gestion et de leurs jouissances publiques, comme l’atteste par exemple la création au sein de l’icom un comité international dédié aux musées et aux collections universitaires (UMAC).  Dans le cadre de cette séance de séminaire, nous souhaiterions retracer cette montée en puissance, interroger les définitions et les frontières de ce patrimoine scientifique ainsi que les enjeux professionnels et politiques à l’œuvre. Nous nous attacherons en particulier à questionner l’investissement des universités et des institutions de recherche scientifique sur le terrain patrimonial et à rendre compte des tensions et des débats autour de ce patrimoine.  

• Soraya BOUDIA est historienne des sciences. Elle est maître de conférences à l’Université de Strasbourg depuis 2003, après avoir dirigé le Musée Curie (unité mixte de service Institut Curie – cnrs) pendant cinq ans. Elle a consacré de nombreux travaux à l’histoire de la radioactivité et ses applications ainsi qu’aux risques nucléaires. Ses recherches actuelles portent sur le gouvernement des risques sanitaires et environnementaux à travers l’étude de l’expertise scientifique et les enjeux politiques. Parallèlement à ces travaux, elle a participé à des recherches sur les questions des collections et des musées scientifiques. Elle a co-animé pendant trois ans un séminaire intitulé Musée, culture et société au Centre Alexandre Koyré et a animé un programme de recherche collectif sur le patrimoine scientifique financé par la mission à l’ethnologie.

• Sébastien SOUBIRAN est historien des sciences. Il est ingénieur de recherche en médiation scientifique depuis 2006 au Jardin des Sciences, structure au sein de l’Université de Strasbourg chargée de développer une politique de médiation scientifique et de valorisation du patrimoine. Il a coordonné pendant trois ans un programme de recherche-action dans le cadre d’une ACI « culture scientifique » autour du patrimoine des sciences physiques à Strasbourg. Il fait partie des membres fondateurs de l’association Universeum, réseau européen engagé dans la préservation et la valorisation du patrimoine des universités. Il est actuellement en charge de la politique muséale et coordonne le projet de pôle science, culture et société inscrit dans le cadre de l’opération campus de l’Université de Strasbourg.

Soraya Boudia et Sébastien Soubiran ont co-édité avec Anne Rasmussen, Patrimoine, savoirs et communautés savantes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Transferts artistiques et circulation des oeuvres

4 mars 2011

Transferts artistiques et circulation des œuvres 

Lieu: Salle Fabri de Peiresc – Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris. 14h-17h.

  • Véronique SAMUEL-GOHIN (chercheur au cdhte-cnam), Le livre d’architecture, support de transferts culturels entre la France et l’Allemagne.

 La circulation du livre d’architecture entre la France et l’Allemagne est de double nature, matérielle et immatérielle, selon l’optique envisagée. On peut en effet s’attacher à recenser en amont les déplacements de l’objet livre au-delà des frontières des espaces nationaux et étudier son mode d’acheminement par l’intermédiaire des figures de passeurs et des réseaux commerciaux des éditeurs ou, plus en aval, se concentrer sur l’étude du phénomène de la transmission de textes et d’images d’origine étrangère, exprimés et imprimés dans la langue vernaculaire, auquel cas il convient de distinguer les « traductions d’importation » des « traductions d’exportation ». La complémentarité de ces deux approches permet de mieux saisir la pluralité des enjeux, à la fois économiques et culturels, qui motivent les acteurs de ces transferts, ainsi que l’appartenance de ces derniers à des aires interculturelles qui s’étendent au-delà des frontières nationales. Ainsi, au XVIIIe siècle, certaines simultanéités éditoriales de part et d’autre du Rhin ne relèvent pas du seul opportunisme commercial des éditeurs d’Augsbourg et de Leipzig visant à rentabiliser le coût d’ouvrages luxueux, mais renvoient aussi au référentiel commun d’une société de cour dont les valeurs et la mentalité, d’abord aristocratiques, ne sont alors que très faiblement tributaires d’une culture nationale. Durant la période napoléonienne qui suit, la multiplication des échanges est également le lieu de transferts culturels signifiants qui se greffent sur un socle commun des représentations issues de l’idéal des Lumières et relayées par l’ère réformiste post-révolutionnaire. Le pistage de deux cas spécifiques que sont la traduction du Précis de Jean-Nicolas-Louis Durand et l’édition de livres d’architecture en français par les deux Leipzigois Christian Ludwig Stieglitz et Georg Voss permet d’appréhender les métissages ainsi opérés.

 Biographie: Docteur en Histoire de l’architecture et agrégée d’allemand, Véronique Samuel-Gohin est membre de l’équipe Technique, Territoire et Architecture du Centre d’Histoire des Techniques et de l’Environnement du CNAM et collaboratrice scientifique du SOCIAMM (Histoire, arts, cultures des Sociétés Anciennes, Médiévales et Modernes) à l’Université Libre de Bruxelles. Elle participe depuis 2009 au programme de recherche « Bibliographie du livre d’architecture français » (partenariat CDHTE / INHA)  et travaille sur « Les livres d’architecture d’auteurs allemands en langue française ». Elle poursuit également des recherches sur l’église Sainte-Marie de Schaerbeek et la place de la Reine à Bruxelles.

 •  France NERLICH (Maître de conférences, Université de Tours, Intru), La circulation des œuvres françaises en Allemagne.

L’art français était-il visible en Allemagne au XIXe siècle ? Les historiens de l’art se sont longtemps focalisés sur le fait que « les Allemands » avaient été parmi les premiers à collectionner et à acheter pour les musées des peintres impressionnistes français, mais ils ont négligé de s’intéresser de plus près à la première moitié du siècle. À tort, car la peinture française contemporaine était alors non seulement visible outre-Rhin, mais elle y a aussi fait l’objet d’une attention passionnée au moment même où l’histoire de l’art, en tant que discipline scientifique, prenait son essor.

En reconstituant à partir de sources et d’archives allemandes et françaises les conditions précises de circulation et de visibilité des œuvres françaises dans les territoires germaniques, en particulier à Berlin, Munich et Leipzig, il est possible de mettre en lumière le rôle qu’elles ont pu y jouer dans l’histoire des collections, des musées, du marché de l’art, de la critique et de l’histoire de l’art. Il n’est pas question de renouer avec le discours du début du XXe siècle qui célébrait le triomphe de la peinture française en Europe dans une perspective impérialiste, mais d’analyser très précisément ce qui s’est passé lors des rencontres avec ces œuvres et de retracer l’impact des images dans le discours scientifique naissant. Les enjeux idéologiques, économiques et artistiques de cette mobilité transnationale ainsi que les résistances auxquelles elle se heurte peuvent être retracés pour montrer l’origine des fantasmes qui transforment l’art français tour à tour en source d’émulation et d’angoisse, d’enthousiasme et de rejet, arme contre l’establishment ou menace pour l’identité artistique allemande. Il est intéressant de voir apparaître alors un « autre XIXe siècle » que celui généralement présenté dans les manuels, avec des artistes comme Paul Delaroche, Horace Vernet, Ary Scheffer ou François-Auguste Biard. Il s’agit alors de prendre au sérieux l’intérêt manifesté à leur égard par des auteurs aussi différents qu’Heinrich Heine, Athanase Raczynski ou Anton Springer, mais aussi de souligner le rôle des marchands d’art dans leur diffusion et les stratégies expérimentées par les artistes, pour saisir l’importance de cette histoire – oubliée – pour la naissance de la « modernité ».

Biographie :

•  France Nerlich est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université François Rabelais de Tours. Ses travaux et publications portent sur l’art européen du XIXe siècle et plus particulièrement sur les relations artistiques transnationales (XVIIIe-XIXe siècle), le marché de l’art, l’histoire du goût et des collections, la critique d’art et l’histoire de l’histoire de l’art. Elle vient de publier La peinture française en Allemagne (1815-1870) aux éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (2010). Avec Bénédicte Savoy (Technische Universität Berlin), elle dirige actuellement un projet de recherche franco-allemand (ANR/DFG) sur la formation des peintres allemands en France (1793-1870). En parallèle, elle dirige un projet de recherche sur les ateliers privés à Paris (1797-1863) à l’université de Tours. Depuis 2009, elle est directrice-adjointe de la jeune équipe InTRu (Interactions, transferts, ruptures artistiques et culturels, JE 2527), à l’Université de Tours.

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Les collections d’histoire naturelle

18 février 2011

Les collections d’histoire naturelle

Lieu: Salle Giorgio Vasari – Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris. 14h-17h.

• Pierre-Yves LACOUR (docteur en Histoire des sciences, ATER à l’Université de Strasbourg, Post-doctorant au Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, Berlin), Confisquer l’Europe naturaliste sous la Révolution : la question du patrimoine.

Entre 1792 et 1797, d’abord en France (1793-1795) puis dans les pays conquis par les armées révolutionnaires, en Europe septentrionale (1794-1795 et 1796-1797) et en Italie (1796-1797) des commissions sont dépêchées pour y saisir les bibliothèques mais aussi les collections artistiques et scientifiques. Les cabinets naturalistes des Émigrés et condamnés mais aussi des clercs et des souverains sont alors saisis. On observe une très forte continuité entre les différents épisodes des saisies, organisées par des structures proches et, souvent, avec les mêmes hommes. Une analyse des discours de justification permet d’en repérer trois grands types, plus ou moins unifiés : les discours républicains, physiocratique ou martial. Chacun d’entre eux domine les deux autres pendant une des trois phases des confiscations. In fine, il nous faut relativiser aussi bien la rupture politique de Thermidor que le contraste entre le dedans et le dehors de la République. Enfin, on se penche sur les réactions aux saisies naturalistes ou plutôt sur leur absence. On propose d’interpréter le contraste saisissant entre la prolifération des discours de dénonciation des saisies artistiques et bibliographiques et l’inexistence de pareils discours à propos des confiscations des collections d’histoire naturelle étrangères. Il nous semble ici que les spécimens naturalistes n’ont pas acquis de statut patrimonial à la différence des œuvres d’art, le patrimoine étant entendu ici comme le rapport nécessaire entre des choses matérielles et les « lieux qui les ont vu naître ».

Biographie : Après un parcours en Histoire et en Histoire de l’Art, j’ai rédigé une thèse d’Histoire des sciences à l’Institut Universitaire européen de Florence sous la direction d’Antonella Romano et de Marie-Noëlle Bourguet portant sur « La République naturaliste. Les collections françaises d’histoire naturelle sous la Révolution. 1789-1804 ». Je suis actuellement ater en Histoire moderne à l’Université de Strasbourg et en détachement ce semestre pour un séjour postdoctoral au Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte.

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Patrimoine: un mot et un sens en déplacement

17 décembre 2010 (Genève)

Patrimoine: un mot et un sens en déplacement

Lieu: Université de Genève.

• Nabila Oulebsir et Astrid Swenson,  Patrimoine: voyage des mots et déplacement de sens en contextes européen et extra-européen (denkmalflege, heritage, beni culturali,  türath…).

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

De l’Antiquité: la Grèce à Rome et à Paris

19 novembre 2010

De l’Antiquité : la Grèce à Rome et à Paris

Lieu – Salle 242 – EHESS, 54 Boulevard Raspail, 75006 – Paris, 14h-17h.

 • Karolina Kaderka (doctorante à l’EPHE, chargée de cours à l’Université de Marne-la-Vallée), Transferts d’œuvres, transferts d’artistes : la Grèce à Rome, l’exemple de l’architecture sacrée.

Alors que le déplacement des œuvres artistiques et patrimoniales lors de conflits politiques survenus à l’époque contemporaine suscite à ce jour de multiples débats, l’Antiquité classique constitue un exemple à part mais tout aussi actuel. Les prises de guerre par les Romains d’œuvres grecques lors de leur expansion vers l’Orient insistait sur la conquête d’un territoire ayant appartenu à une culture majeure – celle des Grecs –, néanmoins, leur admiration des œuvres d’art et des autres formes de la culture grecque les incitait à acquérir également ces œuvres en grand nombre pour des sommes considérables en tant qu’objets d’art et, par la suite, à engager des artistes grecs à Rome pour des commandes spécifiques.

Le décor sculpté de l’architecture sacrée est un exemple particulièrement pertinent pour observer à la fois le caractère triomphal des œuvres grecques déplacées à Rome – par l’exposition du butin grec dans un temple romain –, et l’attachement des Romains à la culture grecque, souligné par les décors de certains temples romains conçus par des sculpteurs grecs. De tels déplacements d’œuvres et d’artistes, étudiés ici à travers des temples précis, montrent l’expression d’une puissance dominant le monde méditerranéen, tout en admettant la grandeur de la culture grecque dont par ailleurs les Romains se pensaient comme étant les continuateurs, en soulignant parfois même la noble descendance de ses élites des divinités ou des héros grecs.

  • Sophie SCHVALBERG (docteur en histoire de l’art, formatrice à l’iufm de Versailles-Université de Cergy-Pontoise), Copies d’antiques, créations à l’antique : la réception des marbres du Parthénon à Paris, au XIXe siècle.

 Après avoir rappelé les péripéties et les enjeux de « l’affaire Elgin » à Londres, il sera question d’analyser les différents éléments, textuels et iconiques, révélant tout l’intérêt des artistes et des savants parisiens pour les marbres du Parthénon, découverts après la chute de l’Empire. Sous la Restauration, qu’on aille les voir directement au British Museum, ou qu’on les reproduise sous forme de moulages, ces authentiques sculptures grecques viennent bouleverser le regard et les certitudes esthétiques des tenants du néoclassicisme, comme de certains artistes plutôt rangés parmi les romantiques. Cela peut s’observer par une brève analyse de quelques sculptures françaises des années 1820-1830 citant littéralement les figures des frontons athéniens.

La fortune pédagogique de ces marbres est aussi intéressante à double-titre : dans la collection de plâtres de l’École des Beaux-Arts, comme dans le jugement du concours du Prix de Rome, on peut mesurer le conservatisme des paradigmes visuels de l’institution académique. En effet, si l’on se réfère aux écrits des sculpteurs-professeurs, les marbres du Parthénon conservent jusqu’à la fin du siècle une place de choix dans leur panthéon plastique. Simultanément, ces pièces subissent, comme la Vénus de Milo, une diffusion de plus en plus commerciale et constituent un parfait exemple de la nouvelle industrie du moulage, laquelle se développe avec le goût bourgeois pour le bibelot culturel. Les marbres du Parthénon entrent alors dans le musée imaginaire de M. Prudhomme.

 

Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts