Transferts artistiques franco-italiens (Paris)

Séance du 15 février 2013, 14h-16h, EHESS, Salle des artistes, 96 boulevard Raspail, 75006, Paris

Alba IROLLO (Fondation Maison des  Sciences de l’Homme, Paris, Programme F. Braudel)Échanges culturels entre la France et l’Italie à l’époque napoléonienne : le cas de Naples dans sa perspective européenne

 Il est désormais un fait acquis que la Révolution française représente un moment crucial dans l’histoire du patrimoine et des musées : on peut dire que la notion actuelle de patrimoine retrace une partie substantielle des propres racines dans ses conquêtes, dans l’idée d’État-Nation qu’elle apporte avec elle. Plus tard, la progressive occupation des États italiens par le troupes françaises et, puis, leur annexion à l’Empire napoléonien commence une nouvelle phase dans l’histoire du patrimoine de la Péninsule, qui comptait déjà des dispositions exemplaires pour la créations de musées ouverts au public et une longue tradition en ce qui concerne la sauvegarde des œuvres d’art et des antiquités à travers la réglementation des exportations. Bien sûr, il s’agit d’une phase qui n’est pas exempte d’ambiguïtés et de contradictions, qui oblige avant tout le patrimoine italien à se mesurer avec la « blessure » des spoliations.

Cet exposé prendra le Royaume de Naples comme une étude de cas significative dans l’Italie à l’époque napoléonienne. Il vise à analyser les politiques patrimoniales mises en œuvre par Joseph Bonaparte (1806-1808) et par Joachim Murat (1808-1815), mettant en évidence les signes de continuité et de discontinuité avec les choix faits précédemment par les Bourbon, les traits de similitude et de différence par rapport aux autres états italiens.  Les questions principales que nous poserons se formulent comme suit : De quelle manière la circulation des hommes et des savoirs entre la France et l’Italie a une incidence sur l’idée de patrimoine ? Quelles sont les traces dont on dispose pour le comprendre ?

Pour y répondre, on abordera des problèmes de méthode, en plus des enjeux précis : les étapes de la mise en place du Musée de Naples, le destin des collections royales, les choix liés aux fouilles de Pompéi… Pour son caractère unique, celle-ci attirait l’attention de toute l’Europe, et les souverains français n’ont pas tardé à le comprendre et à en faire un point de force pour gagner du prestige.

Alba IROLLO est chercheuse post-doctorante à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, et mène ses recherches à l’École des hautes études en sciences sociales, accueillie dans le cadre du projet de recherche Frontières du patrimoine : circulation des savoirs, des objets et œuvres d’art (CRIA, UMR 8131 CNRS / CIERA). Elle a obtenu son doctorat en Archéologie et Histoire de l’art à l’Université de Naples “Federico II” en 2007, et a reçu des subventions de recherche, entre autres, de l’INHA/Institut National d’Histoire de l’Art, du ‘Mellon Centre for Studies in British Art’, de la Fondation italo-russe ‘Ermitage Italia’. Ses recherches portent principalement sur la culture visuelle du XIXe siècle, en particulier sur l’histoire du goût, des collections et des musées.

 


Nabila Oulebsir

Université de Poitiers / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *