26-27-28 mars 2015 : Colloque international “Frontières du patrimoine”

Dans  le cadre du  Programme de Formation Recherche (PFR), “Frontières du patrimoine: circulation des savoirs, des objets et œuvres d’art“,  soutenu par le CIERA et accueilli par le Centre Georg Simmel (UMR 8131 du CNRS, EHESS), en partenariat avec l’Université de Poitiers, l’Université Panthéon-Sorbonne, Brunel University (Londres) et l’Université Laval (Québec), il est prévu l’organisation prochaine à Paris d’un colloque international, synthèse du programme de formation.

Ce dernier a fonctionné autour d’un séminaire mensuel organisé à l’EHESS de 2009 à 2013, encadré par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / Centre Georg Simmel, CNRS EHESS), Dominique Poulot (Université Panthéon-Sorbonne, Paris I), Astrid Swenson (Brunel University, Londres) et Laurier Turgeon (Université Laval, Québec), et autour de trois ateliers qui se sont tenus à l’université de Poitiers (Interactions patrimoniales, 17-18 mars 2012. Programme ), au Centre Marc Bloch de Berlin (Heritage and Knowledge, 29-30 octobre 2012.  Programme), et à Brunel University de Londres (Heritage and Diversity, 17 mai 2013. http://patrimoine.hypotheses.org/londres-2013).

PRÉ-PROGRAMME DU COLLOQUE (26-27-28 MARS 2015)

SESSION 1. Les études du patrimoine / Heritage Studies

Dominique Poulot (Université Panthéon-Sorbonne, Paris I). Les études du patrimoine en France.

Xavier Roigé Ventura (Universitat de Barcelona). Patrimoine culturel, patrimoine naturel.

Laurier Turgeon (Université Laval, Québec). L’interculturalité dans les études du patrimoine.

Michel Van Praet (Muséum national d’histoire naturelle, Paris / Centre Alexandre Koyré). Science et patrimoine : des limites des notions de “collection”, “matériel d’étude’, “patrimoine”, “propriété”.

Leila El-Wakil (Université de Genève, Unité d’Histoire de l’art). Changement de paradigme dans la patrimonialisation :  de la beauté à la vérité.

SESSION 2.  Les mots, les savoirs, les objets : circulations transnationales /  Words, Knowledge,Objects : Transnational Circulations

Anath Ariel de Vidas (CERMA, Mondes Américains, UMR 8168 CNRS-EHESS). Les termes de la patrimonialisation au Mexique.

Hélène Ivanoff (Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS EHESS). Collections ethnographiques en transit : déplacement des objets et des imaginaires sociaux en période coloniale.

Alexandra Loumpet Galitzine (FMSH Paris). Le miroir patrimonial : objets et images déplacées entre l’Ouest Cameroun et l’Europe.

Michaël Falser (Heidelberg Universität). Translating Angkor Wat for European Museums Spaces. Reflections on a Transcultural Concept of Heritage.

Eva Troelenberg (Kunsthistorisches Institut – Max Planck Institut Florenz). The dislocation of the Mshatta Facade from Jordan to Berlin.

 

SESSION 3. Le Patrimoine culturel, entre internationalisation et globalisation   /    The Cultural Heritage between internationalization and Globalization 

Christina Kott (Université Panthéon-Assas, Paris II). Histoire transnationale des musées en Europe (France, Allemagne)

Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS). Internationalisation des pratiques muséales en contextes européen et extra-européen.

Camille Conte (Université de Poitiers). La photographie d’architecture comme objet patrimonial:  les séries photographiques des architectes Alfred Normand et Lucien Roy.

Isabelle Vinson (UNESCO). Internationalisation versus globalisation : l’œuvre de l’Unesco.

TABLE RONDE :  Patrimoine et temporalités

***

Les travaux de ces sessions  feront l’objet d’une publication en 2015.

Pour tout renseignement, contacter le coordinateur scientifique du projet :  Nabila Oulebsir, à l’adresse mail :  oulebsir [at] ehess.fr

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Histoire de l’art, histoire des sciences: quels croisements dans l’espace muséal ?

Journée d’étude

Lieu et date : 14 mars 2014 – 10:00-18:00 -  Université de Poitiers – Faculté de Sciences humaines et Arts  (8 rue René Descartes, F-86022 – Poitiers).

L’objectif de cette journée d’étude est d’interroger la manière dont l’histoire de l’art et l’histoire des sciences investissent le musée et, inversement, comment le musée accompagne le développement de leurs champs d’étude. Les arts et les sciences au siècle des Lumières, déjà présents dans les premières institutions muséales en Europe, sont envisagés dans une perspective encyclopédique à travers leur complémentarité. Le musée assure ainsi un rôle éducatif et pédagogique dans la société, visant à son émancipation. Cette interaction s’attenue progressivement avec le positivisme croissant des sciences au XIXe siècle et la spécialisation accompagnant la production de la connaissance. Depuis une dizaine d’années, quelques projets muséaux croisent de nouveau les arts et les sciences dans le même espace et empruntent aux différentes méthodes initiées par les disciplines s’y rattachant. La problématique est ici double : il s’agit de comprendre comment ces croisements se donnent à voir à travers les objets, les œuvres ou les collections se réclamant d’un seul registre ou des deux à la fois, artistique et scientifique ; il s’agit d’appréhender aussi les méthodes mises à l’œuvre par les historiens de l’art et des sciences et par les professionnels des musées.

Organisation :

Nabila Oulebsir (Département d’Histoire de l’art et Archéologie, Université de Poitiers), Sébastien Soubiran (Jardin des Sciences, Université de Strasbourg).

Programme : Hist. Art Hist. sciences 14mars 2014

 Matinée 10:00-13:00

Présidente de séance : Dominique Ferriot,

professeur honoraire au CNAM, membre de l’Académie des technologies

Marraine du Master 2 Patrimoines, musées et multimédia

(Amphi Bourdieu, Bâtiment III – RDC)

Introduction. Nabila Oulebsir (Département d’Histoire de l’art et Archéologie, Université de Poitiers). Sébastien Soubiran (Jardin des Sciences, Université de Strasbourg).

Collections scientifiques et objets-frontières au XVIIIe siècle. Charlotte Guichard (Institut d’histoire moderne et contemporaine, CNRS-ENS).

Du musée encyclopédique au musée des Beaux-Arts. Nabila Oulebsir.

Les objets instables au musée : l’exemple de la photographie. Charlotte Bigg (Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS).

Déjeuner

 Après-midi : 14:30-16:00

Présidente de séance : Dominique Ferriot

(Salle 213, 8 rue René Descartes, Poitiers)

 University collections in Europe, between art and science. Marta Lourenço (Museus da Universidade de Lisboa, Museu Nacional de História Natural e da Ciência, MUHNAC).

Les musées universitaires et les études sur les sciences et les techniques : quels croisements ? Sébastien Soubiran.

 Débat

 Les plaques photographiques du Département d’Histoire de l’art et Archéologie : formation de la collection, valorisation et base de données. Elodie Baby (Master 1 Civilisation, Histoire, Patrimoine). Julie Benaissa et Noémie Vebraere (Master 2 Patrimoines, musées et multimédia).

 Valorisation du patrimoine culturel et scientifique universitaire. Sylvie Coiteux (Mission culture scientifique et médiation scientifique, valorisation du patrimoine culturel et scientifique de l’Université de Poitiers).

16:30-17:30

Visite de l’exposition : La licorne et le bézoard : une histoire des cabinets de curiosités, musée Sainte-Croix, 3 bis, rue Jean-Jaurès, Poitiers.

 

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Art et science : objets et collections universitaires

3e séance de l’Atelier in situ des Lieux patrimoniaux

Lieu : Université de Poitiers, Faculté de Sciences humaines et Arts, 8 rue René-Descartes, 86022 – Poitiers – 9:00-13:00 – Salle 102 (bâtiment I).

Organisation : Nabila Oulebsir, Département d’Histoire de l’art et Archéologie, Université de Poitiers.

Programme PDF:  Prog. Atelier 3- M2 Objets et collections universitaires – 02.12.2013

 

app. projection Massiot Univ. PoitiersAppareil de projection de diapositives en verre (plaques de verre) – Massiot – photographie: I. Fortuné

Master 2 CHPS « Mondes modernes et contemporains »

& Master 2 Patrimoines, musées et multimédia

 PROGRAMME

09:00-11:00.

 Introduction (Nabila Oulebsir, Département d’Histoire de l’art et Archéologie, Université de Poitiers)

- Le patrimoine pour répondre aux nouveaux défis des universités  (Sébastien Soubiran, Université de Strasbourg, Jardin des Sciences)

- Les collections de l’Université de Poitiers (Sylvie Coiteux, Université de Poitiers)

Discussion

11:00-13:00.

 - Trésors cachés, entre art et pédagogie (fresques murales de Pierre Girieud, bas-relief sculpté des frères Martel, plaques de verre du département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers) (Nabila Oulebsir)

- Essai de valorisation des plaques de verre du département d’Histoire de l’art et Archéologie: de l’inventaire à la base de données (Élodie Baby (Master 1 CHPS) et Julie Benaissa (Master 2 Patrimoines, musées et multimédia, Département d’Histoire de l’art et Archéologie)

Discussion

 * * *

Nos invités de l’atelier in situ :

 Sylvie Coiteux est responsable culture scientifique et médiation scientifique, chargée de la valorisation du patrimoine culturel et scientifique de l’Université de Poitiers.

 Sébastien Soubiran est directeur-adjoint du Jardin des Sciences, responsable de la politique muséale de l’Université de Strasbourg.

 

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Lieux de savoirs à Poitiers (XVIe-XXIe siècle)

POITIERS, 7 NOVEMBRE 2013

1ère séance de l’atelier in situ des Lieux patrimoniaux, organisée par Nabila Oulebsir (Département d’Histoire de l’art et Archéologie) et Fabrice Vigier (Département d’Histoire). Atelier du Master 2 Civilisation, Histoire, Patrimoine et Sources – “Mondes modernes et contemporains” (Université de Poitiers).

Fondée en 1431, l’Université de Poitiers offre dans l’espace urbain de la ville des lieux patrimoniaux que nous proposons d’investir dans le cadre du premier atelier in situ, en explorant les espaces visibles dans leurs matérialités et fonds d’archives, qui imprègnent d’une épaisseur historique l’université contemporaine actuelle.

Programme PDF: Atelier M2 Lieux de savoirs à Poitiers -7.11.2013

Université

Programme

9h00-10h30

- 9h00-9h15. Introduction par Nabila Oulebsir (Département d’Histoire de l’art et Archéologie) et Fabrice Vigier (Département d’Histoire).

- 9h15-10h30. Être étudiant à Poitiers aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (par Fabrice Vigier).

Lieu : Hôtel Fumé, Salle D. Guillemet, Faculté de Sciences humaines et Arts, 8 rue René Descartes, 86022, Poitiers.

10h45-12h30

- 10h45-11h30. Visite de l’hôtel de l’Echevinage et des Grandes Écoles de Poitiers (par Fabrice Vigier)

- 11h30-12h00. Une très active société savante à Poitiers ? Les Antiquaires de l’Ouest 1834-2013  (par Fabrice Vigier).

- 12h00-12h30. Ludovic Vitet, Prosper Mérimée et le Baptistère Saint-Jean à Poitiers : le sauvetage et l’achat du premier monument  par l’État, 1832-1834  (par Nabila Oulebsir).

Lieu : 7, rue Paul Guillon, siège de la Société des Antiquaires de l’Ouest.

Pause déjeuner libre

14h00-17h00

- 14h00-15h00. Le 43 Place Notre-Dame : lieu du premier campus universitaire de Poitiers, et siège de bibliothèques et de centres de recherches aux XIXe et XXe siècles (par Fabrice Vigier)

- 15h00-15h30. Visite de la salle René Savatier (et des peintures murales de Pierre Girieud (par Fabrice Vigier et Nabila Oulebsir).

- 15h30-16h30. Les amphithéâtres et salles de cours : un espace architectural des lieux de savoirs, XIXe-XXe siècle : Paris-Sorbonne, Strasbourg, Alger (par Nabila Oulebsir).

Échange et débat avec les étudiants

Lieu : Faculté de Droit et de Sciences Sociales, 43, Place Charlesde Gaulle, salle du conseil.

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Musées et université

La conférence inaugurale du Département d’Histoire de l’art et Archéologie et du Master2 Patrimoines, musées et multimédiaUniversité de Poitiers, Faculté de Sciences humaines et Arts  -, sera dispensée par Dominique Ferriot et portera sur le thème  Musées et université.

Leçon-inaugurale-M2-Patrimoines-Poitiers-oct_-2013

Photographie: Isabelle Fortuné, Université de Poitiers.

Dominique Ferriot est Membre de l’Académie des Technologies, Membre du Haut Conseil culturel franco-allemand depuis 1989, Conseiller technique au Cabinet d’Hubert Curien  de 1984 à 1985 puis Directrice de la culture scientifique et technique au ministère de la Recherche et de la Technologie de 1985 à 1987, Directrice du musée des Arts et Métiers de 1988 à 2000, Présidente du Conseil international des musées de 2004 à 2010 (ICOM-France), Membre du bureau du Comité international de l’ICOM pour les musées universitaires (UMAC), professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers de 1995 à 2013 (histoire et muséologie des techniques).

Date: Jeudi 10 octobre 2013, 14h, Amphi Descartes, Bâtiment III, niveau  1 (accès 8 rue René Descartes, ou 23 rue des Carmélites, Poitiers).

Organisation : Nabila Oulebsir, Directrice du Département d’Histoire de l’art et Archéologie, Responsable du Master 2 Patrimoines, musées et multimédia (Université de Poitiers).

promotion-Rivière-oct_-2013

Promotion Georges Henri Rivière du Master 2 Patrimoines, musées et multimédia,

Dominique Ferriot et Nabila Oulebsir. Photographie: Isabelle Fortuné, Université de Poitiers.

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Heritage, diversity and the legacies of empire (London)

Vendredi 17 mai 2013 (Londres)

Le SECOND ATELIER programmé dans le cadre du PFR  (Projet Formation-Recherche), Frontières du patrimoine: circulation des savoirs, des objets et oeuvres d’art,  financé par le CIERA et accueilli par le Centre Georg Simmel-EHESS, est prévu à Londres, les 17-18 mai 2013, sur le thème  Heritage, diversity and the legacies of empire, organisé par Astrid Swenson, senior Lecturer à Brunel University.

Pour rappel, le PREMIER ATELIER s’est tenu au Centre Marc-Bloch de Berlin, les 29-30 octobre 2012,  autour du thème Heritage and Knowledge / Patrimoine et savoirs, organisé par Nabila Oulebsir (Centre Georg Simmel-EHESS, Université de Poitiers, CRIHAM)  (http://patrimoine.hypotheses.org/1180)

Lieu :

Heritage, diversity and the legacies of empire

17th May 2013, 11.00 – 18.00

Institute for Commonwealth Studies

Room 349 Senate House -  Malet St, London, WC1E 7HU

This symposium will investigate the ways that legacies of empire inform approaches to heritage and diversity in Europe. Bringing together scholars and practitioners from a range of disciplines and countries, the workshop will analyse how ideas about diversity have developed in response to global debates and local situations. While it is clear that international bodies, including UNESCO, ICOM and the EU have had an important role in developing frameworks, much less is known about the ways institutional circumstances and local political contexts lead to a great variety of approaches. Are processes institutionally or audience-driven? Which theories of diversity underpin heritage practices? How important are the legacies of empire in this process? And which parts of the imperial pasts are emphasised or refuted as heritage? The symposium will think about how to approach these questions transnationally, compare cases, highlight connections and develop directions for future research.

The symposium is co-hosted by the Isambard Centre for Historical Research and the Brunel Heritage Research Network, Brunel University London, the Institute for Commonwealth Studies, London, and the Frontières du Patrimoine : circulation des savoirs, des objets et oeuvres d’art /  Borders of Heritage Project (Paris), organized at the Georg Simmel Center-EHESS  with support from the Centre interdisciplinaire d’étude et de recherche  sur l’Allemagne (CIERA).  

For those wishing to attend, the symposium will conclude with a guided tour of the Africa collections in the British Museum on the morning of Saturday 18 May.

For further details and to register, contact astrid. swenson@brunel.ac.uk.

Attendance fee (covering lunch and tea/coffee): £10 concession and £15 waged.

Programme

11: 00 – 12:30            International Frameworks

Chair: Tamson Pietsch (Brunel University)

Philip Murphy (Institute of Commonwealth Studies): Welcome

Astrid Swenson (Brunel University): Introduction: Heritage and Diversity in Europe

Isabelle Vinson (UNESCO): Diversity and the International Heritage Protection framework: a contribution to the research debate

12:30-13:30      Lunch

13:30- 15:00    Old and New Institutions,

Chair: Inge Dornan (Brunel University)

Hélène Ivanoff (Centre Georg Simmel-EHESS, Paris) : The European appropriation of artefacts during the colonial period: the Frobenius’s example in Nigeria’

Dominique Poulot  (Université Panthéon-Sorbonne, Paris I) : Collecting for contemporary society: an agenda for the “musées de société” in France’?

Sam Aylett (Brunel University): The British Commonwealth Museum

15:00-15:30    Coffee

 15:30-17:00   Communities and Publics

Chair: Astrid Swenson (Brunel University)

Barbara Knorpp (Brunel University): Film as Heritage? An Ethnography of the National Film Archive (British Film Institute)

Philip Murphy (ICS), Defending Britain’s: “Christian Heritage” or celebrating diversity? The troubled history of the Commonwealth Multi-Faith Observance’

Leonard Catherine (National Trust) : Cultural diversity in the National Trust movement

 17:00- 18:00.    Concluding Roundtable: Comparisons and Research Perspectives.

Chair: Astrid Swenson (Brunel University), Discussants:  Rebecca Madgin (Leicester),  Dominique Poulot (Paris), Sara Selwood (London)  

 

 18th May 2013

Guided tour of the Africa collections in the British Museum

 

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Musées, collections et architecture en contextes européen et extra-européen (Poitiers)

Jeudi 14 et Vendredi 15 mars 2013 (Poitiers)

La séance de mars (3e vendredi du mois)  du séminaire Frontières du patrimoine: circulation des savoirs, des objets et oeuvres d’art, est mutualisée avec des journées scientifiques prévues les 14 et 15 mars 2013, organisées à l’Université de Poitiers par Nabila Oulebsir (Centre Georg Simmel, ex. CRIA-EHESS) / Université de Poitiers).

Ces journées sont soutenues par le Master 2 Pro Patrimoines, Musées et Multimédia du Département d’Histoire de l’art et Archéologie, le Master 2 Recherche Civilisation, Histoire, Patrimoine, Sources (CRIHAM, Poitiers), le projet Frontières du patrimoine: circulation des savoirs, des objets et oeuvres d’art (CIERA-CRIA-EHESS, Paris) et le projet Musées, collections et architecture en Euro-Méditerranée (IFA, Ambassade de France, Alger).

Lieu: Université de Poitiers, Faculté de Sciences humaines et Arts, Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, F- 86022, Poitiers. Jeudi 14 mars 2013 : 14h-18h – Amphi Bourdieu, Bât. III / et Vendredi 15 mars 2013 : 9h-13 – Amphi Descartes , Bât. III.

Programme

Atelier du 14 mars 2013: 14h-18h (Amphi Bourdieu)

14:00. Nabila OULEBSIR (Université de Poitiers, CRIHAM / Centre Georg Simmel-EHESS). Musées, collections et architecture en contextes européen et extra-européen

14:30. Anne BENETEAU-PEAN (Directrice des musées de Poitiers). Les collections patrimoniales du musée Sainte-Croix de Poitiers.

15:00. Marie-Françoise GERARD (DRAC Poitou-Charentes). Les musées de Poitou-Charentes, enjeu territorial et restructuration

Discussion

Pause.

16:00. Mercedes VOLAIT (InVisu, CNRS, INHA, Paris). Avant l’entrée au musée: architecture et collectionnisme au Caire au XIXe siècle

16:30.  Sabah FERDI (Centre national de recherche en Archéologie, Alger). Les collections de mosaïques dans les musées archéologiques de l’Algérie.

17:00. Germain LOUMPET (Université Yaoundé I / Conservateur du musée national du Palais des rois Bamoun, Fondation Tandeng Muna). La formation des collections muséales au Cameroun.

Discussion

18:00. Clôture du 1er atelier.

Matinée du 15 mars 2013: 9h-13h (Amphi Descartes)

Atelier jeunes chercheurs animé

par Nabila OULEBSIR (Poitiers) et Astrid SWENSON (Londres)

 9:00. Yoko TSUCHIYAMA (doctorante au CRAL-EHESS, Paris). La photographie comme document patrimonial : le musée The Family of Man (Luxembourg) et la mémoire de la guerre froide.

9:30. Denise TESSA (étudiante en Master 2, EHESS, Paris). L’exposition Nicolas Poussin, entre Paris et Londres (1994-1995), un « artiste sans problèmes » ?

10:00.  Pauline SAUNIER (étudiante Master 1 CHPS, Histoire de l’art, CRIHAM, Université de Poitiers). Boris Lossky, un conservateur franco-russe au musée des Beaux-Arts de Tours: une scénographie de “petits-salons”.

Discussion

Pause

10:45. Carolina RUOSO (doctorante Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Bourse CAPES). La création d’un musée d’art au Brésil : le séjour de Livio Xavier Jr en Europe en 1961.

11:15. Pauline JUCHEREAU (étudiante en Master 2 CHPS, Histoire de l’art, CRIHAM, Université de Poitiers). Une architecture contemporaine en milieu rural : Aldo Rossi et le Centre international d’art et de paysage de Vassivière (Limousin).

Discussion

 12:15. Conférence conclusive :

Dominique POULOT (Université Panthéon-Sorbonne). Musées et recherche, quelques jalons

 Nabila OULEBSIR (Université de Poitiers). Conclusion et orientations nouvelles….

 

 

 

 

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Transferts artistiques franco-italiens (Paris)

Séance du 15 février 2013, 14h-16h, EHESS, Salle des artistes, 96 boulevard Raspail, 75006, Paris

Alba IROLLO (Fondation Maison des  Sciences de l’Homme, Paris, Programme F. Braudel)Échanges culturels entre la France et l’Italie à l’époque napoléonienne : le cas de Naples dans sa perspective européenne

 Il est désormais un fait acquis que la Révolution française représente un moment crucial dans l’histoire du patrimoine et des musées : on peut dire que la notion actuelle de patrimoine retrace une partie substantielle des propres racines dans ses conquêtes, dans l’idée d’État-Nation qu’elle apporte avec elle. Plus tard, la progressive occupation des États italiens par le troupes françaises et, puis, leur annexion à l’Empire napoléonien commence une nouvelle phase dans l’histoire du patrimoine de la Péninsule, qui comptait déjà des dispositions exemplaires pour la créations de musées ouverts au public et une longue tradition en ce qui concerne la sauvegarde des œuvres d’art et des antiquités à travers la réglementation des exportations. Bien sûr, il s’agit d’une phase qui n’est pas exempte d’ambiguïtés et de contradictions, qui oblige avant tout le patrimoine italien à se mesurer avec la « blessure » des spoliations.

Cet exposé prendra le Royaume de Naples comme une étude de cas significative dans l’Italie à l’époque napoléonienne. Il vise à analyser les politiques patrimoniales mises en œuvre par Joseph Bonaparte (1806-1808) et par Joachim Murat (1808-1815), mettant en évidence les signes de continuité et de discontinuité avec les choix faits précédemment par les Bourbon, les traits de similitude et de différence par rapport aux autres états italiens.  Les questions principales que nous poserons se formulent comme suit : De quelle manière la circulation des hommes et des savoirs entre la France et l’Italie a une incidence sur l’idée de patrimoine ? Quelles sont les traces dont on dispose pour le comprendre ?

Pour y répondre, on abordera des problèmes de méthode, en plus des enjeux précis : les étapes de la mise en place du Musée de Naples, le destin des collections royales, les choix liés aux fouilles de Pompéi… Pour son caractère unique, celle-ci attirait l’attention de toute l’Europe, et les souverains français n’ont pas tardé à le comprendre et à en faire un point de force pour gagner du prestige.

Alba IROLLO est chercheuse post-doctorante à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, et mène ses recherches à l’École des hautes études en sciences sociales, accueillie dans le cadre du projet de recherche Frontières du patrimoine : circulation des savoirs, des objets et œuvres d’art (CRIA, UMR 8131 CNRS / CIERA). Elle a obtenu son doctorat en Archéologie et Histoire de l’art à l’Université de Naples “Federico II” en 2007, et a reçu des subventions de recherche, entre autres, de l’INHA/Institut National d’Histoire de l’Art, du ‘Mellon Centre for Studies in British Art’, de la Fondation italo-russe ‘Ermitage Italia’. Ses recherches portent principalement sur la culture visuelle du XIXe siècle, en particulier sur l’histoire du goût, des collections et des musées.

 

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Nouvelles approches des Heritage Studies (Paris)

Séance du 18 janvier 2013, 14h-17h, EHESS, Salle des artistes, 96 boulevard Raspail, 75006, Paris

Cette séance du séminaire de recherche Frontières du patrimoine: circulation des savoirs, des objets et oeuvres d’art, soutenu par le CIERA et organisé au CRIA EHESS (UMR 8131 CNRS) propose de faire le point, autour des deux interventions d’Astrid Swenson et de Isabelle Vinson.  sur le nouveau champ d’étude en développement autour des Heritage Studies, en insistant sur les enjeux de leur émergence, l’internationalisation de la notion de patrimoine, les approches méthodologiques et théoriques qu’elles suggèrent et les paradoxes qu’elles soulèvent. L’accès à la séance est libre  (Nabila Oulebsir, CRIA-EHESS / Université de Poitiers).

 

Astrid SWENSON (Brunel University London)Heritage Studies – Une nouvelle discipline ?

Pour commencer notre réflexion sur les frontières du patrimoine cette année, ma communication invite à discuter les approches méthodologiques et théoriques. Ces dernières années ont vu (surtout dans le monde anglophone) divers signes indiquant la formation d’une nouvelle discipline des Heritage Studies. La formation de cette discipline s’est faite à travers la publication de manifestes, de manuels et de journaux scientifiques, la création de nouveaux programmes de master, la fondation d’une organisation internationale et la convocation d’un premier congrès international de Critical Heritage Studies. Malgré ces développements institutionnels, il reste d’importantes questions méthodologiques. Au cœur du débat se trouve la relation entre approches savantes versus pratiques administratives, entre enjeux disciplinaire versus méthodologies interdisciplinaires, ainsi que le rôle respectif des acteurs occidentaux et non-occidentaux.

Les Heritage Studies proposent de surmonter les frontières traditionnelles du patrimoine, ces développements sont intéressants pour le thème de ce séminaire. En plaçant les approches récentes dans un contexte historique et transnational, ma communication intervient dans le débat sur les mérites et la méthodologie de cette nouvelle discipline. Ma première partie inscrit la création récente d’une plateforme internationale et interdisciplinaire dans la longue durée, mappant le développent de différentes ‘Internationales du patrimoine’ depuis le 19e siècle, montrant les facteurs animant leur création et les étendues géographiques. Ma seconde partie examine l’objet étudié par ces approches internationales. La demande de voir le patrimoine comme un concept liant le personnel et le collectif, la nature et la culture, le matériel et l’immatériel n’est pas nouveau. Il semble important de comprendre dans quelles circonstances une approche générale a été préférée et quand la spécialisation pour l’étude et la conservation est favorisée. La dernière partie examine la tension entre approches disciplinaire et interdisciplinaire et suggère comment une perspective historique peut contribuer à une réflexion plus riche.

Astrid Swenson co-convenes the seminar Frontières du patrimoine (CRIA-EHESS, Paris) since Nov 2010. She is Lecturer in European History at Brunel University London and coordinator of the Brunel Heritage Research Network. After studying History, Art History and Romance Languages at the University of Mainz and Dijon, she graduated from the University of Cambridge (United Kingdom) with a Ph.D on “Conceptualising Heritage History in Nineteenth-and Early Twentieth Century France, Germany and England” and was a research fellow of the Cambridge Victorian Studies Group and Darwin College, Cambridge. Her work focuses on the role of cultural exchange in the creation of the concept of heritage since the late eighteenth century. Her boosk on The Rise of Heritage. Preserving the Past in France, Germany and England, 1789-1914 (Cambridge University Press) and (edited with Peter Mandler) From Plunder to Preservation. Britain and the Heritage of Empire, c. 1800-1940 (Oxford University Press, Proceedings of the British Academy) are forthcoming in 2013.

 Isabelle VINSON (UNESCO) -  L’internationalisation du patrimoine : vecteur de constitution des Heritage Studies ?

On ne peut, aujourd’hui, séparer l’étude de la notion de patrimoine et de ses évolutions des opérations conduites sur le plan international pour la préservation et la promotion des biens culturels. L’internationalisation du patrimoine par le biais des conventions internationales établies par l’UNESCO, l’agence des Nations Unies spécialisée dans la culture, a été un des vecteurs puissants de la constitution du champ des Heritage Studies. Le plus récent exemple est la littérature académique produite depuis l’adoption de la convention de 2003 sur le patrimoine immatériel (Smith L., 2009).

Si l’on entame une réflexion de nature historiographique sur la place du « patrimoine international » dans  les ouvrages et les courants d’idée qui, au cours des dernières décennies, ont permis de faire émerger le champ nouveau des « Heritage Studies », deux « écoles » paraissent s’opposer. Une « école » française, aux travaux relativement anciens mais fondateurs, qui s’est attachée à cerner l’évolution de la notion de patrimoine à partir du renouvellement des catégories (Chastel A., 1994) ; Une « école » anglo-saxonne, aux travaux plus récents, qui a abordé la question de l’internationalisation du patrimoine par le biais des agents institutionnels (Kirshenblatt-Gimblett B., 1998).

Dans un premier temps, on présentera une synthèse critique de ces deux courants historiographiques, français et anglo-saxon, et des interprétations qui en émanent sur le caractère spécifique du patrimoine international. Dans un deuxième temps, on esquissera les contours d’une réflexion sur un possible dépassement de ces interprétations par l’analyse critique de l’œuvre de David Lowenthal sur l’Histoire et le Patrimoine (Lowenthal D., 1998).

Isabelle Vinson est fonctionnaire international à l’Unesco. Elle est Rédactrice en Chef de la revue MUSEUM International. Ancienne élève de l’Ecole du Patrimoine (archéologie), elle a en parallèle à ses fonctions institutionnelle entamé des travaux de recherche en histoire sur les processus de patrimonialisation au plan international. Sa thèse porte sur l’Histoire intellectuelle et politique du patrimoine international.

Bibliographie indicative

 

L’historiographie française

 BABELON Jean-Pierre, CHASTEL André. La notion de patrimoine. Paris : éditions Liana Levi, 1994.

 BERCE Françoise. Des Monuments historiques au patrimoine du XVIIIe siècle à nos jours. Paris : Flammarion, 2000.

 CHASTEL André, La notion de patrimoine, Les Lieux de Mémoire, Pierre Nora (dir.). Paris : Gallimard, édition « Quarto », 1997, pp. 1433-1469 (1ère édition, 1986).

 CHOAY Françoise. L’allégorie du patrimoine. Paris : Le Seuil, 1999 (1ère édition 1992),

 POMIAN Krzysztof, Musée et Patrimoine, Patrimoines en folie, Henri Pierre Jeudy (dir.). Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Collection Ethnologie de la France, Cahier n°5, 1990, p. 180.

 POMMIER Edouard. L’art de la liberté – Doctrines et débats de la Révolution française. Paris : Gallimard, Bibliothèque des histoires, 1991.

 POULOT Dominique, Musée nation patrimoine 1789-1815. Paris : Gallimard, Bibliothèque des histoires, 1997.

 POULOT Dominique, “Le patrimoine universel : un modèle culturel français”. Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1992, t. 39-1, p.29-55.

POULOT Dominique, “Le sens du patrimoine : hier et aujourd’hui (note critique)”. Annales, 1993, 48e année, n° 6, p.1601-1613.

 RECHT Roland. Penser le patrimoine, mise en scène et mise en ordre de l’art. Paris : Hazan, 1998.

 POIRRIER Philippe, VADELORG Loïc (dir.), Pour une histoire des politiques du patrimoine. Paris, Comité d’histoire du ministère de la culture : Fondation Maison des sciences de l’homme, 2003, Travaux et documents n° 16, p. 253-268.

  L’historiographie anglo-saxonne

  LOWENTHAL David. The past is a foreign country. Cambridge: Cambridge University Press, 1985.

 LOWENTHAL David. The heritage Crusade and the spoils of history. Cambridge: Cambridge University Press, 1998.

 KIRSHENBLATT-GIMBLETT Barbara. Destination Culture – Tourism, museum and heritage. Berkeley: University of California Press, 1998.

 SMITH Laurajane. Uses of heritage. Oxon : Routledge, 2006.

 SMITH Laurajane, AKAGAWA Natsuko. Intangible Heritage. Oxon : Routledge, 2009.

  Les ressources de l’histoire

 BURGUIERE André, REVEL Jacques (dir.). Les formes de la culture. Paris : Le Seuil, 1993.

 HARTOG François. Régimes d’historicité –Présentisme et expérience du temps.  Paris : Le Seuil, 2003.

 HARTOG François, REVEL Jacques (dir.).Les usages politiques du passé. Paris : Editions de l’EHESS, 2001.

HOBSBAWM Eric. Nations et nationalismes depuis 1780. Paris : Gallimard, Folio Histoire, 1992.

 HOBSBAWM Eric, RANGER Terence(ed.). L’invention de la tradition. Paris: Editions Amsterdam, 2006.

 KOSELLECK Reinhart. L’expérience de l’histoire. Paris : Gallimard, Le Seuil, 1997.

 KOSELLECK Reinhart. Le futur passé – Contribution à la sémantique des temps historiques. Paris : Editions de l’EHESS, 1990.

 RICOEUR Paul. La mémoire, l’histoire, l’oubli. Paris : Le Seuil,c2000.

THIESSE Anne-Marie. La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle. Paris : Le Seuil, coll. Point Histoire, 2001, p. 228.

* * * 

 

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Séminaire “Frontières du patrimoine” (CRIA-EHESS)

Les séances du séminaire Frontières du patrimoine: circulation des savoirs, des objets et oeuvres d’art, reprondront le 18 janvier 2013 (veuillez noter qu’il n’y a pas de séances en novembre et décembre 2012), avec deux interventions programmées: celle d’Astrid Swenson et celle d’Isabelle Vinson.

Lieu: EHESS, Salle des artistes, 96 boulevard Raspail, F-75006 – Paris.

Nabila Oulebsir ( CRIA-EHESS / Université de Poitiers )

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Heritage and Knowledge / Patrimoine et Savoirs (Berlin)

L’activité scientifique du projet de recherche franco-allemand Frontières du patrimoine : circulation des savoirs, des objets et œuvres d’art, organisé au CRIA-EHESS et financé par le CIERA (Centre interdisciplinaire d’étude et de recherche sur l’Allemagne), reprendra en cette rentrée 2012-2013 avec la programmation d’un atelier de recherche prévu à Berlin les 29-30 octobre 2012, organisé au Centre Marc-Bloch de Berlin (USR 3130 du CNRS) par Nabila Oulebsir (CRIA-EHESS, Université de Poitiers), et portant sur le thème Patrimoine et Savoirs / Heritage and Knowledge.

Programme : Prog. Berlin 29-30 oct.

Cet atelier de recherche s’organise autour de trois sessions :

1. Patrimoine et construction des savoirs, entre érudition et pratique. Résumés session 1

2. Patrimoine architectural et savoirs. Résumés session 2

3. Collections muséales et savoirs. Résumés session 3

Les participants comptent Élisabeth Décultot (Centre Marc-Bloch, Berlin / CRIA-EHESS) Gabi Dolff-Bonekämper (Technische Universitât, Berlin), Pauline D’Abrigeon (École du Louvre), Pascal Dubourg-Glatigny (CNRS, Alexandre Koyré), Sabah Ferdi (Centre national de recherche en Archéologie, Alger),  Christian Freigang (Freie Universität, Berlin), Alba Irollo (programme Fernand-Braudel-IFER, FMSH/ CRIA-EHESS), Karolina Kaderka (EPHE, Paris), Véronique Meyer (Université de Poitiers / CRIHAM), Aurélie Michel (Université de Lorraine, Metz), Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS), Astrid Swenson (Brunel University, Londres), Patrice Veit (Centre Marc-Bloch, Berlin), Mercedes Volait (InVisu, CNRS, INHA, Paris).

Nos séminaires parisiens  reprondront le 18 janvier 2013 (veuillez noter qu’il n’y a pas de séances en novembre et décembre 2012).

Nabila Oulebsir ( CRIA-EHESS / Université de Poitiers , CRIHAM)

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Histoire de l’histoire de l’art (Paris)

Séminaire de recherche organisé par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS), Dominique Poulot (Université Paris I / IUF), Astrid Swenson (Brunel University, London), Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

Séance du 22 juin 2012 Paris (15h-17h30, Salle Mariette, Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, F-75002, Paris).

• Élisabeth Décultot (Directrice de recherche au Centre Marc-Bloch, Berlin / CRIA-EHESS).

Une histoire de l’art par les images ? Les musées de papier aux XVIIe et XVIIIe siècles

Les musées de papier doivent leur nom au savant, collectionneur et mécène Cassiano dal Pozzo (1588-1657), qui constitua à Rome avec son frère Carlo Antonio l’une des plus riches collections de dessins du xviie siècle. Cette collection de plusieurs milliers de feuillets reçut le nom de Museo cartaceo. Elle avait pour but de rendre visible, sous forme de recueil d’images, le savoir universel des hommes sur la nature et sur l’histoire. Si la botanique, la zoologie et la géologie occupent une place importante dans cet ensemble, c’est surtout à ses reproductions d’œuvres antiques que le musée de papier de dal Pozzo dut sa célébrité. Par cette collection de reproductions, Cassiano peut être considéré comme la figure tutélaire d’un modèle de collection déterminant pour les XVIIe et XVIIIe siècles : les corpus d’images d’objets que seul l’espace quasi dématérialisé des livres ou des collections de dessins et de gravures donnait comme rassemblés. Le musée de papier de Cassiano dal Pozzo présente en effet cette caractéristique qu’il rassemble dans une collection de dessins une somme d’objets qui n’ont jamais été physiquement réunis en totalité dans un espace réel donné.

Dans l’ensemble très vaste des questions que suscitent ces musées de papier, une interrogation retiendra plus particulièrement notre attention. Dans quelle mesure les images de l’art antique contenues dans ces recueils ont-elles contribué à la naissance d’une forme particulière d’histoire de l’art, à savoir une histoire de l’art par les images, qui aurait précédé de plusieurs décennies l’histoire de l’art par le récit qui éclot à la fin du xviiie siècle, à la suite notamment des travaux de Winckelmann sur l’histoire de l’art antique[1] ? Quel lien existe-t-il entre ces deux formes d’histoire ? Entretiennent-elles un rapport de modèle à contre-modèle, comme le suggèrent certains représentants de l’histoire de l’art « moderne », au premier rang desquels Winckelmann lui-même ? Ou bien sont-elles liées entre elles, en dépit de toute dénégation, par un lien de filiation caché ? C’est à ces questions que nous essaierons de trouver quelques éléments de réponse en parcourant la tradition des « musées de papier » dévolus aux objets d’art, durant les XVIIe et XVIIIe siècles.

Le recueil d’images de Cassiano dal Pozzo est sans doute le plus important de son temps par son ampleur. Mais il n’est pas le seul dans la période considérée, et ce notamment en Italie et en France. Au début du xviie siècle, des antiquaires italiens tels que Giacomo Grimaldi (1560?-1623), Federico Borromeo (1564-1631) ou encore Antonio Bosio (1575-1629) constituèrent d’importantes collections graphiques sur l’art des premiers temps de la chrétienté. De même, dans ses Vetera Monimenta, Giovanni Ciampini (1633-1698) cherche à montrer, au moyen d’un riche appareil de gravures, le développement de l’art chrétien depuis les premiers temps de la chrétienté jusqu’au xie siècle. Au tournant du xviie et du XVIIIe siècle, cette tradition trouve un important prolongement dans les travaux historiques de la congrégation bénédictine de Saint-Maur, où elle est assimilée et transformée. Figure majeure de cette congrégation, le bénédictin Bernard de Montfaucon (1655-1741) rassemble un corpus d’images d’une ampleur inédite et leur accorde un statut épistémologique nouveau. Les dix volumes de L’Antiquité expliquée et représentée en figures qui paraissent en 1719 contiennent 1 120 planches gravées représentant 30 000 à 40 000 objets – auxquels viennent s’ajouter en 1724, cinq volumes de suppléments tout aussi amplement illustrés[2]. Montfaucon apporte ainsi un tribut de poids à la constitution d’amples corpus figurés, autorisant la visualisation massive d’œuvres d’art et encourageant l’émergence d’une histoire des formes par les images. La présente contribution entend analyser le devenir de cette tradition jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, en s’attachant notamment au Recueil d’antiquités du comte de Caylus (qui paraît en sept volumes entre 1752 et 1767) et à l’Histoire de l’art par les monumens de Séroux d’Agincourt.

[1] J.J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterthums, Dresde, G.C. Walther, 1764.

[2] B. de Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, 10 vol., Paris, F. Delaulne etc., 1719 ; Id., Supplément au Livre de l’Antiquité expliquée et représentée en figures, 5 vol., Paris, F. Delaulne etc., 1724.

Légende et droit  de l’image : Giuseppe Bianchini, Demonstratio Historiae Ecclesiaticae… 1752-1754, gravure 70 x 150 cm, Bibliothèque nationale et universitaire, Strasbourg  © BNU, Strasbourg.

 

Notice bio-bibliographique

Élisabeth Décultot, directrice de recherche au CNRS, a consacré ses travaux à la théorie esthétique du néo-classicisme ainsi qu’à la genèse de l’historiographie de l’art en Europe au XVIIIe siècle. Elle a été commissaire de l’exposition “Musées de papier. L’Antiquité en livres, 1600-1800″ (Musée du Louvre, 22 septembre 2010-3 janvier 2011). Elle a publié plusieurs ouvrages sur l’œuvre de Johann Joachim Winckelmann et sur le retour à l’antique (É. Décultot, J. J.  Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, PUF, 2000 ; J. J. Winckelmann, De la description, introduction, traduction et notes par É. Décultot, Paris, Macula, 2006 ; Graecomania. Der europäische Philhellenismus, éd. par É. Décultot, E. Agazzi et G. Heß, Berlin, De Gruyter, 2009). Ses recherches l’ont également conduite à s’intéresser à la réception européenne du Laocoon (Le Laocoon. Histoire et réception, n° 19 de la Revue Germanique Internationale, éd. par É. Décultot, J. Le Rider et F. Queyrel, PUF, 2003). Enfin, elle a travaillé sur les échanges entre l’Allemagne et la France dans le domaine du discours sur l’art (« Esthétique ». Histoire d’un transfert franco-allemand, n° de la Revue de Métaphysique et de Morale, 2002, 2 (juin), éd. par É. Décultot ; Esthétiques de l’Aufklärung, n° 4 de la Revue Germanique Internationale [nouvelle série], Paris, CNRS-Éditions, 2006, éd. par É. Décultot et S. Buchenau).

Nabila Oulebsir (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS).

Circulation des savoirs historiques sur l’art en contextes européen et extra-européen: le rôle de Jean Alazard à Florence (1913-1922) et à Alger (1922-1960)

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Le Patrimoine immatériel : circulation des langues et des musiques en Méditerranée

Séminaire de recherche organisé par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS), Dominique Poulot (Université Paris I / IUF), Astrid Swenson (Brunel University, London), Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

Séance du 18 mai 2012 (14h-17h, Salle Giorgio Vasari, INHA, 2 rue Vivienne, F-75002, Paris).

• Jocelyne Dakhlia (Directrice d’études à l’EHESS, CRH). Le patrimoine linguistique de la Méditerranée : la Lingua Franca.

Notice bio-bibliographique:

http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/143

Jocelyne Dakhlia est directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, membre du Centre de recherches historiques où elle dirige le PRI “Transméditerranées”. Privilégiant une approche transnationale, ses travaux portent sur les modèles politiques et frontières culturelles dans l’Islam méditerranéen. Parmi ses publications, on compte les ouvrages: Trames de langues. Histoire et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb (Paris, Maisonneuve et Larose, 2004), Des arts en tension : la création artistique contemporaine en pays d’Islam, (Paris, Éditions Kimé, collection « Esthétiques », 2006), Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée (Arles, Actes Sud, 2009, http://etudesafricaines.revues.org/14308)

Mourad Yelles (Maître de conférences HDR, INALCO). La circulation des savoirs sur la musique maghrébo-andalouse.

Notice bio-bibliographique:

http://www.inalco.fr/IMG/pdf/YELLES_Mourad.pdf

Mourad Yelles est maître de conférences en littérature comparée maghrébine à l’INALCO, titulaire d’une HDR. Ses thèmes de recherche portent sur les métissages littéraires, les écritures et oralités au Maghreb, les pratiques artistiques et imaginaires post-coloniaux. Parmi ses publications, on compte: Cultures et métissages en Algérie. La racine et la trace (Paris, L’Harmattan, 2005), Habib Tengour. L’arc et la lyre. Dialogues (Alger, Éditions Casbah, 2006).

 

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Interactions patrimoniales franco-québécoises (Poitiers)

Séance du séminaire Frontières du patrimoine consacrée aux Circulations transatlantiques et patrimonialisations, mutualisée avec  les journées scientifiques organisées à l’Université de Poitiers par Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS) et Laurier Turgeon (Université Laval, Québec) sur les Interactions patrimoniales franco-québécoises.

Programme PDF: Prog. journées 15-16 mars 2012 (Poitiers)

Poitiers, 15 et 16 mars 2012.

Lieu:  AMPHI 172 – Bâtiment III de la Faculté de Sciences humaines et Arts, 8 rue René Descartes, 86022 – Poitiers.

PROGRAMME

Jeudi 15 mars 2012

Matinée : 09:30-12:45

09:30.   Accueil des participants puis allocutions d’ouverture.

10:00.  Introduction. Interactions patrimoniales, transferts culturels et artistiques, par Nabila Oulebsir, Laurier Turgeon et Thierry Sauzeau.

Session 1 : Circulations transatlantiques

Président de séance : Jérôme Grévy (Université de Poitiers, CRIHAM)

10:15. Thierry Sauzeau (Université de Poitiers, CRIHAM). Territoires et patrimoines au Québec et en Poitou-Charentes. Destins croisés.

10:45. Laurier Turgeon (Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, Directeur de l’Institut du patrimoine culturel, Université Laval, Québec). La circulation des objets français chez les Amérindiens de l’Amérique du Nord (XVIe-XXe siècle).

11:15.  André Magord (Université de Poitiers, Directeur de l’Institut d’études acadiennes et québécoises). La préservation d’un patrimoine identitaire au gré des circulations transatlantiques des Acadiens.

11:45.   Ronald Labelle (Titulaire de la Chaire d’études McCain en ethnologie acadienne, Université de Moncton, Nouveau-Brunswick). De l’Ouest de la France à l’Est du Canada : le parcours ethnographique de Geneviève Massignon.

12:15.  Discussion.

12:45.  Déjeuner.

Après-midi : 14:00-17:30

Session 2 : Patrimonialisations  architecturales et interactions artistiques

Présidente de séance : Véronique Meyer (Université de Poitiers, CRIHAM).

14:00. Bernard Toulier (Direction des patrimoines, ministère de la Culture). Patrimonialisation de l’architecture contemporaine en France.

14:30. Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM/ CRIA-EHESS). Archives de l’architecture contemporaine : un potentiel patrimonial.

15:00.  Fabrice Bonnifait (Chef du Service de l’Inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes, Poitiers). Paysages mémoriels franco-québécois: les lieux de mémoire de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes.

15:30. Discussion

16:00.   Stéphanie Danaux (Université de Grenoble II). De la Bretagne au Québec, de la presse au livre : interactions et innovations du dessinateur Théophile Busnel (1882-1908).

16:30.    Patrick Tréguer (Responsable du Lieu multiple, pôle de création numérique, Espace Mendes France, Poitiers). Projet “téléprésence artistique” entre Montréal (Société des Arts Technologiques) et Poitiers (le Lieu multiple, EMF).

17:00.  Discussion.

17:30. Cocktail dinatoire – Célébration des 30 ans de l’Institut d’études acadiennes et québécoises (IEAQ) de l’Université de Poitiers.

Vendredi 16 mars 2012

Matinée : 10:00-12:30

Session 3 : Patrimonialisations, entre matériel et immatériel

Présidents de séance : Laurier Turgeon (Université Laval, Québec) et Astrid  Swenson (Brunel University, Londres).

10:00.   Claudine Cohen (EHESS, Paris). L’art rupestre et l’art pariétal : déchiffrer la trace.

10:30.  Daniel Arsenault (Directeur du CÉLAT, Université du Québec, Montréal). La patrimonialisation des sites d’art rupestre amérindiens au Québec et au Canada aujourd’hui.

11:00.  Stéphane Michonneau (Casa de Velázquez, Madrid / Université de Poitiers). La patrimonialisation des ruines.

11:30.   Discussion.

12:50.   Clôture des journées par Nabila Oulebsir.

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Patrimoine et Conflit / Heritage and Conflict

Séminaire de recherche organisé par: Nabila Oulebsir (Université de Poitiers, CRIHAM / CRIA-EHESS, Paris) ; Dominique Poulot (Université Paris I / IUF); Astrid Swenson (Brunel University, London); Laurier Turgeon (Université Laval, Québec).

Paris, 17 février 2012, 14h-16h.

Lieu: Salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 14h-16h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 – Paris.

Gabi Dolff-Bonekämper (Prof. Dr. Technische Universität, Institut für Stadt und Regionalplanung (ISR), Fachgebiet Denkmalpflege, Berlin).

Confrontations patrimoniales. Quelques réflexions autour du statut légal, local et sémantique des patrimoines.

Cet exposé s’articulera autour de trois thèmes principaux :

1. Patrimoine et conflit strcturel   (Heritage and Conflict)
2. Patrimoine en conflits militaires  (Heritage in Conflict)
3. Patrimoine de conflits (Heritage of Conflict).

Notice bio-bibliographique

Gabi Dolff-Bonekämper est titulaire de la Chaire d’études de conservation à l’Institut de planification urbaine et régionale de l’Université technique de Berlin (depuis 2005). De formation en histoire de l’art, acquise dans les universités de Marburg et de Poitiers, elle a été conservatrice à l’Office de protection des bâtiments  historiques de Berlin (1998-2002), et membre du groupe international d’experts  de l’UNESCO pour la reconstruction du pont de Mostar (2004-2005). Ses principaux sujets de recherche et de publication sont l’architecture et le patrimoine du xxe siècle, la théorie de la conservation et les sites contestés de patrimoine. On compte parmi ses publications : « Patrimoine culturel et conflit. Le regard de l’Europe », in Museum International, n°245/246 (2010), « Patrimoine commun – Futurs partagés », p. 14–20) ; Denkmalpflege statt Attrappenkult: Gegen die Rekonstruktion von Baudenkmälern – eine Anthologie (avec Adrian von Buttlar, Michael S. Falser et al., Basel: Birkhäuser, 2010. (Bauwelt-Fundamente, 146). http://www.dolff-bonekaemper.de/

• Astrid Swenson (Lecturer, Brunel University, London).

Heritage and Endangerment: from the Dodo to the French’s Gourmet Meal.

The talk examines how the increasing emphasis of endangerment in current heritage discourses emerged since the 18th century. Ideas about endangerment offer a good lense through which the entangled histories of France, Germany and Britain can be contrasted. I am particularly interested in the importance of national contexts versus transnational and international factors. Arguable, the key moments in the emergence and institutionalisation of the notion of heritage stemmed from particular dangers to objects, and collective identities, leading to the idea that the state, civil society and the international community should provide preservation through inventories, museums and archives. Such key moments include vandalism during the French Revolution (leading to the first theoretical texts, inventories and the historic museum), art looting during the Napoleonic wars (leading to international protest), urbanisation and industrialisation during the nineteenth century (leading to private preservation association and widespread national legislation), total war in the twentieth century (leading to the creation of international conventions), modernisation, colonialism and globalisation (leading to the convention on intangible heritage). While much as been written on how particular threats triggered key moments in history of preservation, much less is known on how dangers were perceived and conceptualised by contemporaries. The talk will highlight why certain dangers were persistently invoked while others disappeared from public discourse and show how over the course of the last two centuries, the discourse shifted from the sources of endangerment to the condition of endangerment. This might throw interesting light on a rather nonlinear development of the champ patrimonial: discourses of endangerment in areas as diverse as architecture, landscape, folklore, languages, animal species and humans converged in the late nineteenth century, before becoming treated more separately during the twentieth century and then increasingly linked again in the last couple of decades through the fostering of a new language of heritage. While ideas of danger certainly shaped the modern notion of heritage, it is worth also noting tensions rather than the alliances between ‘heritage’ and ‘endangerment’. I will analyse why in certain heritage campaigns the language of endangerment is not prevalent (and ask whether this is linked to particular local and national experiences) but why other concepts are privileged and examine the tension between endangerment and other concepts in the definition of what constitutes heritage, such as in the UNESCO convention on intangible heritage that requires a heritage to be both living and endangered at the same.

Biography

Astrid Swenson is Lecturer in European History at Brunel University London, and since November 2010, co-leads the seminar Frontières du patrimoine. After studying History, Art History and Modern Literature at the university of Mainz and Dijon, she graduated from the University of Cambridge (United Kingdom) with a Ph.D on “Conceptualising Heritage History in Nineteenth-and Early Twentieth Century France, Germany and England”. Her work focuses on the role of cultural exchange in the creation of the concept of heritage since the nineteenth century. Her book entitled The Rise of Heritage. Preserving the Past in France, Germany and England, 1789-1914 is forthcoming with Cambridge University Press. She is also editing currently (with Peter Mandler) the Proceedings of the colloquium “From Plunder to Preservation. Britain and the Heritage of Empire, 1800-1950” (Oxford University Press, Proceedings of the British Academy). Astrid Swenson was a researcher at Cambridge Victorian Studies Group and Darwin College, Cambridge. She currently leads the Brunel Heritage Network in London, and is a member of a working group on “Endangerment” at the Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte in Berlin.

Nabila Oulebsir

Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain (Histoire du patrimoine et de l'architecture, XIXe-XXe siècle)

More Posts

Circulation des savoirs, des objets et oeuvres d'art


Carnets de recherche